Parlons du OUI : aborder le sujet du consentement sexuel

Cette série de billets se fonde sur un kit que nous avons créé avec des militant·e·s. Elle s’adresse à toute personne qui souhaite promouvoir une culture reposant sur le consentement mutuel, le respect et une vision positive de la sexualité, dans laquelle il va de soi qu’un rapport sexuel non consenti est un viol.

Le viol est une question de droits humains, qui touche des personnes de tout âge, sexe, genre, orientation sexuelle et identité de genre.

Un rapport sexuel non consenti est un viol. C’est aussi simple que cela, il n’existe aucune zone d’ombre.

Pourtant, malgré cette définition simple du viol, de nombreuses personnes continuent de trouver que le consentement sexuel est un sujet qui suscite l’inconfort, l’embarras, la honte, la crainte voire la confusion.

Pour démythifier les questions qui entourent le consentement sexuel, nous devons démythifier le consentement lui-même. Cette série de billets se fonde sur un kit que nous avons créé avec des militant·e·s, qui suggère des moyens d’encourager davantage de personnes, en particulier des jeunes, à parler du consentement sexuel de manière légère mais respectueuse. Elle est destinée à toutes celles et tous ceux qui veulent promouvoir une culture fondée sur le consentement mutuel, le respect et une vision positive de la sexualité, dans laquelle il va de soi qu’un rapport sexuel non consenti est un viol. Cela vous parle ? Alors commencez la lecture !

La campagne Parlons du OUI

La campagne Parlons du OUI a débuté au Danemark, à l’instigation de différentes organisations, de victimes et de militant·e·s. L’objectif était de réclamer l’adoption d’une législation axée sur le consentement et d’encourager le développement d’une culture également basée sur cette notion. Le 17 décembre 2020, après de nombreuses années de campagne, le succès a été au rendez-vous ! Le Parlement danois a enfin adopté une loi reconnaissant qu’un rapport sexuel non consenti est un viol.
Depuis lors, la campagne a été étendue à d’autres pays d’Europe. Elle invite des militant·e·s, des créateurs/créatrices et des jeunes de tous les genres et d’horizons divers à parler du consentement sexuel. Actuellement, 13 des 31 pays d’Europe dont Amnesty International a analysé la situation sont dotés de lois qui définissent le viol comme un rapport sexuel non consenti, mais il reste encore du chemin à parcourir. Ensemble, nous pouvons faire la différence et faire savoir que seul « oui » veut dire « oui ».

Télécharger le kit au format PDF