Plus de six millions et demi de messages de soutien envers de courageuses jeunes personnes dans le monde


Chaque année, le plus grand événement de défense des droits humains à l’échelle planétaire prend plus d’ampleur. La campagne Écrire pour les droits 2019 n’a pas fait exception à la règle, et des millions de messages ont été écrits et ont changé la vie de jeunes gens dans le monde entier.

Ces messages sont arrivés par dizaines, centaines et même par milliers. Ils venaient d’étudiant·e·s, de parents, d’enseignant·e·s, d’ami·e·s ; de personnes ordinaires qui ont pris le temps de publier un tweet, d’écrire un message ou de faire un dessin pour soutenir quelqu’un qu’ils n’avaient jamais rencontré. Quelque 6 609 837 messages ont été envoyés dans le cadre de la campagne Écrire pour les droits 2019 d’Amnesty, un marathon des lettres annuel qui est devenu le plus grand événement de défense des droits humains à l’échelle planétaire.

Ce qui est incroyable, ce n’est pas que des gens aient écrit tous ces messages, bien que ce soit également formidable. Non, ce qui est incroyable, c’est la différence que ces messages ont faite pour la vie des jeunes personnes que nous avons soutenues en 2019. Voici quelques exemples de la manière dont vos mots ont changé des vies.

Magai Matiop Ngong avant que sa condamnation à mort soit annulée. Il est assis par terre, les jambes croisées, et porte un uniforme de prison orange. Magai Matiop Ngong avant que sa condamnation à mort soit annulée. Il est assis par terre, les jambes croisées, et porte un uniforme de prison orange.
© Amnesty International

La peine de mort de Magai a été annulée

Magai Matiop Ngong n’avait que 15 ans lorsqu’il a été condamné à mort au Soudan du Sud. Mais grâce au soutien incroyable de personnes comme vous, sa condamnation à mort a été annulée en juillet 2020. Quelque 765 000 actions ont été menées dans le monde, notamment sous la forme de lettres et de tweets qui demandaient que la vie de Magai soit épargnée. Et cela a fonctionné ! « Merci infiniment. Je n’ai pas de mots. Vous ne pouvez pas savoir à quel point mon cœur est empli de bonheur », a déclaré Magai.

© Allan Lissner

Une victoire sanitaire pour les jeunes de Grassy Narrows

Depuis des décennies, la population autochtone de Grassy Narrows subit les effets d’une intoxication au mercure qui a engendré l’une des pires crises sanitaires de l’histoire du Canada. Les jeunes générations de Grassy Narrows sont les plus affectées, et ce sont elles qui sont en première ligne du combat visant à assurer à leur communauté un avenir sain. Avec plusieurs années de retard, un accord prévoyant 19,5 millions de dollars canadiens pour la construction d’un centre de soins a finalement été signé le 2 avril 2020 : une victoire pour la population de Grassy Narrows. « Nous sommes main dans la main autour du monde pour combattre toutes les injustices », a déclaré Crystal Swain, de Grassy Narrows.

© Private

La peine de Yasaman a été considérablement réduite

En 2019, Yasaman Aryani a été condamnée à 16 ans d’emprisonnement pour avoir distribué des fleurs à des passagers·ères d’un train alors qu’elle ne portait pas de voile. En février 2020, sa peine a été considérablement réduite, en partie grâce aux plus de 1,2 million de messages envoyés du monde entier pour réclamer sa libération. Nous ne nous arrêterons pas tant qu’elle ne sera pas libre.

Ce n’est pas qu’un simple tweet

Mais alors, quels résultats peuvent vraiment permettre un tweet, une carte postale ou signature ? En réalité, BEAUCOUP. Par leurs mots, des sympathisant·e·s ont déclenché une vague de compassion et de solidarité dans le monde entier envers les jeunes personnes que nous avons mises à l’honneur l’année dernière. Ces mots ont aidé des personnes en détresse. Ils ont également permis de renforcer les appels à la justice de ces jeunes, convainquant dans certains cas les dirigeants de prendre leurs responsabilités et de faire ce qui était juste pour eux.

La campagne Écrire pour les droits redémarre. Cette année, nous soutenons des personnes du monde entier dont les droits humains fondamentaux sont attaqués. Ces personnes ont besoin que vous les souteniez. Si vous avez des doutes, lisez ce que Marinel Sumook Ubaldo (en photo) dit. Marinel est une jeune militante contre le changement climatique des Philippines qui a été défendue dans l’édition 2019 de la campagne Écrire pour les droits. Elle a témoigné dans une enquête lancée par un organisme de défense des droits humains qui a conclu par la suite que les grandes entreprises d’énergie fossile pouvaient être tenues pour responsables d’atteintes aux droits humains liées au changement climatique, du jamais-vu !

© Eloisa Lopez/Amnesty International

« La campagne Écrire pour les droits a beaucoup changé la manière dont je vois mon militantisme. Ça m’a motivé pour croire plus en moi-même. J’ai pris conscience que le nombre fait en effet la force », a déclaré Marinel.

Alors, commencez à écrire. Rejoignez la campagne Écrire pour les droits 2020.