Rejoignez la campagne et changez une vie dès aujourd’hui

Lorsque nous agissons ensemble, nous avons le pouvoir de changer des vies. 

Écrire pour les droits est le plus grand événement mondial en faveur des droits humains, lors duquel des millions de personnes du monde entier s’unissent pour protéger les droits des autres.

Tout a commencé lorsqu’un groupe de militant·e·s polonais s’est lancé dans un marathon des lettres de 24 heures, rédigeant nuit et jour des lettres en faveur de personnes dont les droits avaient été bafoués. Vingt ans plus tard, c’est devenu la plus grande campagne lors de laquelle nous nous unissons pour protéger les droits humains de personnes en danger.

Des 2 326 lettres rédigées en 2001 aux 4,5 millions de lettres, tweets et signatures de pétitions obtenus aujourd’hui, les sympathisant·e·s d’Écrire pour les droits ont utilisé le pouvoir de leur voix pour aider d’autres personnes. Ensemble, ces sympathisant·e·s ont contribué à transformer la vie de plus d’une centaine de personnes, les libérant ainsi de la torture, du harcèlement ou d’un emprisonnement injuste.

Combien d’actions pourrez-vous mener aujourd’hui ? Agissez dès maintenant !

Du fond du cœur, je peux dire que cette campagne m’a permis de rester en vie. C’est ce qui les a empêchés de me tuer, parce qu’ils savent que vous êtes là.

Jani Silva, défenseure de l’environnement, 2021


ÉCRIVEZ UNE LETTRE MAINTENANT

Signer une pétition est une excellente manière de participer à la campagne. Mais saviez-vous qu’il existe d’autres manières de prendre à part à Écrire pour les droits ?

Imaginez que vous êtes enfermé·e, seul·e, sans savoir si quiconque s’inquiète de votre sort. Maintenant, imaginez que vous recevez une lettre d’une personne qui vous dit qu’elle croit en vous. C’est ce que de vraies lettres peuvent accomplir : elles donnent espoir à des personnes dans les situations les plus terribles. Et lorsque ces lettres arrivent en très grand nombre, elles sont aussi un rappel sans équivoque pour les autorités pénitentiaires, entre autres, que le monde les observe.

Si vous souhaitez prêter votre plume à ce type d’action directe, téléchargez notre kit de rédaction de lettre ci-dessous.

Téléchargez notre kit de campagne

Vous y trouverez notamment des modèles de lettre et une présentation des cas de la campagne.

Découvrez les avancées obtenues
4,5 millions d’actions en 2020
lire
Suivez un bref cours en ligne
Prenez 15 minutes pour en apprendre plus sur cette campagne
commencer
Téléchargez des ressources scolaires
Des conseils pour aider les enseignant·e·s à faire entrer notre campagne dans leur salle de classe
Télécharger
EXEMPLES D’ACTIONS RÉUSSIES
L’Éthiopienne Birtukan Mideksa, figure de l’opposition, a été remise en liberté en 2010 après avoir fait l’objet d’une mobilisation dans le cadre d’Écrire pour les droits 2009. « Vos lettres m’ont permis de garder espoir dans les heures les plus sombres. »
Jabbar Savalan, jeune militant d’Azerbaïdjan emprisonné, a été gracié et libéré en 2011 dans les jours qui ont suivi l’arrivée de vos lettres dans le pays. « Le soutien que j’ai reçu était tel que je n’avais pas l’impression d’être en prison. »
Le gouvernement mexicain a officiellement reconnu sa responsabilité dans le viol d’Inés Fernández Ortega et de Valentina Rosendo Cantú par des militaires. « Sans vos lettres, votre action et votre solidarité, ce moment ne serait pas devenu réalité », a affirmé Valentina.
Vladimir Akimenkov a été libéré en décembre 2013. Il avait été arrêté après une manifestation qui avait eu lieu sur la place Bolotnaïa, à Moscou, en Russie. « Je veux exprimer ma gratitude à l’égard de chacun d’entre vous. Ce sont vos lettres qui ont permis ma libération. »
Ales Bialiatski, prisonnier d’opinion au Bélarus, a été libéré en 2014 après avoir reçu 40 000 lettres. « L’énorme quantité de lettres m’a donné un puissant sentiment d’optimisme. Lorsque je les recevais, j’étais très, très heureux. »
Après la mobilisation des sympathisant·e·s d’Amnesty, Moses Akatugba a bénéficié d’une grâce totale en 2015. Il avait été condamné à mort pour une infraction commise à l’âge de 16 ans. « Tout a changé quand Amnesty International est intervenue. »
Albert Woodfox a enfin été libéré en février 2017, après près de 44 ans de détention à l’isolement dans une prison américaine. « Je ne dirai jamais assez combien cela compte de recevoir des lettres du monde entier. Cela m’a redonné de l’estime de moi-même… [et] de la force. »
La lanceuse d’alerte américaine Chelsea Manning a été libérée en mai 2017, après la commutation de sa peine de prison de 35 ans par le président sortant, Barack Obama. Plus de 250 000 personnes avaient écrit pour demander sa libération.
Mahadine, cybermilitant et père de sept enfants, a été libéré en avril 2018 après avoir passé plus de 18 mois en prison au Tchad sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. 690 000 personnes avaient écrit pour demander sa libération.
En mars 2019, la campagne de Goulzar Douichenova en faveur des droits des personnes handicapées a fini par payer : le Kirghizistan a signé la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Des militants et militantes ont envoyé près de 250 000 messages pour soutenir son combat.
Magai Matiop Ngong n’avait que 15 ans lorsqu’il a été condamné à mort. Mais grâce au soutien incroyable de personnes comme vous, sa condamnation à mort a été annulée en juillet 2020. Quelque 765 000 actions ont été menées dans le monde, notamment sous la forme de lettres et de tweets qui demandaient que la vie de Magai soit épargnée. Et cela a fonctionné !
En juin 2021, Germain Rukuki, employé d’une ONG et défenseur des droits humains, qui avait été déclaré coupable de nombreuses charges controuvées et condamné à 32 ans de réclusion au Burundi, a été libéré de prison. Il avait été incarcéré avant d’avoir pu prendre dans ses bras son plus jeune enfant, né quelques semaines seulement après son arrestation, en juillet 2017. Sa famille a fui le pays par crainte des représailles. Germain et sa famille seront bientôt réunis, grâce notamment aux plus de 400 000 actions ayant appelé à sa libération.

COMMENT ÇA MARCHE

Des personnes dans plus de 170 pays et territoires écrivent des millions de lettres, courriels, tweets et pétitions…
… pour des individus et des groupes qui ont été harcelés, menacés et emprisonnés uniquement en raison de ce qu’ils sont…
… et font pression sur des gouvernements, des dirigeant·e·s et des décideurs/décideuses…
… pour faire bouger les choses en contribuant à la libération de militants et militantes et en protégeant des personnes qui luttent pour le changement.

REGARDEZ NOS VIDÉOS

ÉCRIRE POUR LES DROITS