Recherches

Burundi. Il faut libérer un opposant politique critique à l’égard du pouvoir

Index Number: AFR 16/3230/2020

L’arrestation de l’ancien député Fabien Banciryanino le 2 octobre 2020 pour des accusations de rébellion, de dénonciation calomnieuse et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État adresse un message clair, à savoir que le nouveau gouvernement du Burundi ne tolère pas la dissidence pacifique. Si les accusations portées contre lui se fondent uniquement sur des déclarations qu’il a faites, Amnesty International invite les autorités burundaises à libérer immédiatement et sans condition cet opposant politique qui s’exprime ouvertement sur les questions liées aux droits humains dans le pays.

Choisir une langue pour afficher le rapport

Télécharger le PDF

  • English
  • French
Télécharger le PDF