Turquie. Le tribunal inflige un coup brutal aux droits humains et à la justice en condamnant quatre militant·e·s

En réaction à la décision de justice prise à la majorité de reconnaître Taner Kılıç coupable d’« appartenance à l’organisation terroriste Fethullah Gülen » et Özlem Dalkıran, İdil Eser et Günal Kurşun coupables d’ « assistance à une organisation terroriste », Andrew Gardner, chargé de recherches sur la Turquie à Amnesty International qui a assisté à l’audience comme observateur, a déclaré :

« Aujourd’hui, nous avons été témoins d’une parodie de justice hallucinante. Cette décision de justice porte un coup sévère non seulement à Taner, Özlem, İdil et Günal et à leurs familles mais aussi à toute personne qui croit en la justice et au militantisme en faveur des droits humains, en Turquie et au-delà.

Cette décision de justice porte un coup sévère non seulement à Taner, Özlem, İdil et Günal et à leurs familles mais aussi à toute personne qui croit en la justice et au militantisme en faveur des droits humains, en Turquie et au-delà.
Andrew Gardner, chargé de recherches sur la Turquie à Amnesty International

« La décision du tribunal est stupéfiante. Au cours des 12 audiences, il a été démontré systématiquement que chacune des allégations relevait de la diffamation infondée. La décision du tribunal défie la logique et montre que ce procès qui dure depuis trois ans n’a été depuis le premier jour qu’une tentative motivée par des considérations politiques de réduire au silence les voix indépendantes. »

« Cette affaire constituait un test décisif pour l’appareil judiciaire de la Turquie. À ce titre, il est déplorable de voir quel rôle la justice a joué et continue de jouer dans le fait de transformer en infraction toute action en faveur des droits humains. Nous allons rester au côté de nos ami·e·s et collègues pour leur recours contre ces décisions honteuses. »

Il est déplorable de voir quel rôle la justice a joué et continue de jouer dans le fait de transformer en infraction toute action en faveur des droits humains.
Andrew Gardner

Taner a été condamné à six ans et trois mois d'emprisonnement.

İdil, Özlem et Günal ont été condamné·e·s à 25 mois d'emprisonnement pour assistance à une organisation terroriste. Il n'y a pas eu de mandat de placement en détention pour aucune des quatre personnes.

Aucune de ces quatre personnes ne sera incarcérée en attendant l'issue des recours. La procédure d'appel peut prendre des années.

 

Pour en savoir plus ou pour organiser une interview sur place ou à Londres, veuillez prendre contact avec press@amnesty.orgou appeler +90 212 361 62 17-18 / +90 531 105 42 67 / +44 (0) 20 7413 5566.

Pour en savoir plus sur cette affaire :

  • Communiqué de presse du 2 juillet 2020

Turquie. Verdict attendu dans l’affaire des militant·e·s des droits humains qui risquent jusqu’à 15 ans d’emprisonnement

  • Page du site www.amnesty.org

https://www.amnesty.org/fr/latest/campaigns/2020/02/turkey-istanbul-human-rights-activists-justice/

  • Pour une analyse de l’affaire concernant Taner Kılıç:

https://www.amnesty.org/fr/documents/eur44/7331/2017/fr/

  • Pour des informations sur l’audience de novembre 2019 :

Turquie. Le parquet requiert des peines allant jusqu’à 15 ans de prison pour six défenseur·e·s des droits humains, dont le président d’honneur et ancien directeur d’Amnesty, contre toute logique