J’accueille !

La solution à la crise mondiale des réfugiés commence par quatre mots : J’accueille les réfugiés !

  • Campagnes

Les personnes contraintes de fuir de chez elles n’ont jamais été aussi nombreuses dans le monde.

Or, au lieu de montrer l’exemple et d’accueillir des réfugiés, la plupart des pays leur claquent la porte au nez.

Les nations les plus riches laissent une poignée de pays faire face seuls à la quasi-totalité des plus de 21 millions de réfugiés du monde. Parallèlement, certains médias et responsables politiques puissants manipulent la réalité et déshumanisent les personnes réfugiées, les présentant comme des envahisseurs sans visage en situation « illégale » qui sont une menace pour la sécurité.

En réalité, nos dirigeants se dérobent à la responsabilité qui est la leur de protéger les personnes qui fuient la terreur et les persécutions. Et chaque jour qui passe, leur indécision et leur immobilisme continuent de provoquer d’immenses souffrances humaines.

Si nous ne pouvons pas compter sur nos responsables politiques pour changer le monde, nous le ferons donc nous-mêmes.

Si nous ne pouvons pas compter sur nos responsables politiques pour changer le monde, nous le ferons nous-mêmes.

PASSEZ À L’ACTION

Luttons contre les entreprises qui tirent profit de la situation de certains réfugiés

Agir maintenant
William, 11 ans, est un réfugié vivant dans un camp du nord du Kenya. « Je suis né ici à Kakuma, mais je sais que nous possédions beaucoup de choses au Soudan. Nous avions trois bâtiments : un pour le bétail, une remise et notre maison. » © Amnesty International (photo : Richard Burton)

La possibilité de tout recommencer

Il ressort de notre sondage de 2016 sur l’état d’esprit de personnes du monde entier que 80 % d’entre nous sommes prêts à accueillir des personnes réfugiées dans nos pays, nos quartiers ou nos villages, et pour certains sous nos propres toits.

Même lorsque la situation politique semble profondément hostile, Amnesty International reste un mouvement d’hommes et de femmes convaincus que ce qui nous unit est bien plus fort que ce qui nous sépare.

C’est pourquoi nous faisons la promotion d’initiatives telles que le parrainage de réfugiés par des groupes de citoyens. Nous ne voulons pas rester inactifs à attendre que nos gouvernements prennent leurs responsabilités pour mettre en œuvre d’autres solutions comme la réinstallation.

En ce moment même, des individus du monde entier s’unissent de leur propre initiative pour accueillir des réfugiés, simplement car ils compatissent avec des personnes qui ont tout perdu et souhaitent créer des conditions d’accueil chaleureuses.

© Amnesty International
Sherihan (à droite), une réfugiée syrienne réinstallée en Norvège
Mes aspirations dans la vie : un travail, l’indépendance, et être aux côtés de ceux que j’aime. Une vie normale, à l’abri du danger. C’est aussi simple que ça.
Asad est un réfugié venant d’Irak. Il a fui par la mer Égée à bord d’un canot pneumatique et est arrivé sur l’île grecque de Chios le 25 novembre 2016 accompagné de sa femme et de leurs quatre enfants. Ils se sont retrouvés à dormir dehors dans une tente sur la plage. Son fils de 8 ans, Hussein, souffre d’une maladie du foie. « Nous avons perdu ses médicaments dans la mer », a déclaré Asad à Amnesty.

Il est temps d’agir

Dans le monde entier, la plupart de nos dirigeants tournent le dos aux réfugiés. Au Mexique et aux États-Unis, ils placent en détention des personnes qui fuient l’extrême violence qui sévit par endroits en Amérique centrale. Au Kenya, ils contraignent des Somaliens qui ont vécu en exil pendant des années, voire des décennies, à retourner dans une zone de conflit dangereuse.

De nombreux pays européens empêchent des réfugiés de demander l’asile en toute sécurité, ne laissant d’autre choix à des milliers de personnes que de risquer leur vie en traversant la Méditerranée. Quant à l’Australie, elle enferme des personnes fuyant la torture et les persécutions sur des îles éloignées de tout, où elles sont victimes de graves négligences et de mauvais traitements.

Tout cela doit changer, vite. Et cela dépend de chacun-e d’entre nous.

Ensemble, nous pouvons ouvrir la voie en agissant concrètement dès maintenant en faveur de l’accueil de réfugiés dans nos pays, que ce soit en signant une simple pétition, en exprimant notre point de vue sur les droits des réfugiés, ou en rejoignant un groupe de citoyens qui vient en aide à ces personnes.

La solution à la crise mondiale des réfugiés commence par quatre mots : J’accueille les réfugiés !

Que demande Amnesty ?

Tous les pays peuvent aider à protéger les personnes réfugiées par le biais de la réinstallation, ainsi que d’autres voies sûres et légales. La réinstallation peut permettre de protéger les réfugiés les plus en danger – les personnes qui ont été torturées, par exemple, ou les femmes qui restent exposées à des risques de violences. Les voies sûres et légales sont les autres « voies d’accès » à la sécurité que les gouvernements peuvent ouvrir dans les situations d’urgence, par exemple :

- la possibilité pour des groupes de citoyens de parrainer des réfugiés pour que ceux-ci puissent venir et vivre dans leur pays ;
- le regroupement familial, qui permet à des réfugiés de rejoindre des proches vivant déjà à l’étranger ;
- des bourses et des visas d’études, grâce auxquels des réfugiés peuvent entreprendre ou poursuivre des études ;
- des visas médicaux permettant à des personnes gravement malades de recevoir les soins vitaux dont elles ont besoin.

L’ouverture de ces voies d’accès à bien plus de réfugiés leur permettra de se rendre dans de nouveaux pays d’accueil de manière sûre et organisée.

En acceptant de partager la responsabilité de la protection des réfugiés, nos gouvernements peuvent faire la preuve de leur capacité à véritablement montrer l’exemple, en investissant dans la vie et l’avenir des gens, et en faisant ressortir ce qu’il y a de meilleur en chacun-e de nous.

La crise des réfugiés en quelques chiffres

+ de 21 M

Nombre de réfugiés dans le monde à la fin 2015

86 %

Pourcentage de réfugiés qui vivent dans des pays aux revenus faibles ou moyens (source : HCR)

110 000

Nombre de réfugiés qui bénéficient d'une réinstallation chaque année.

© Amnesty International

#Jaccueille

Que se passe-t-il lorsque des réfugiés et des Européens se regardent dans les yeux pendant quatre minutes ?

Vidéo

REJOIGNEZ-NOUS

Aidez Amnesty à protéger les droits des personnes réfugiées

Adhérer