J’accueille !

La solution à la crise mondiale des réfugiés commence par quatre mots : J’accueille les réfugiés !

  • Campagnes

Rejoignez la communauté J’accueille !

Aux quatre coins du monde, des citoyens et citoyennes tentent de faire en sorte que les nouveaux arrivants dans leur ville ou leur village se sentent les bienvenus.

Nous vivons dans un monde où certaines personnes n’ont pas d’autre choix que de fuir leur foyer et leur pays et de compter sur la générosité d’inconnus pour les aider à prendre un nouveau départ.

Nos gouvernements n’en font pas assez. Bon nombre d’entre eux retiennent ces réfugiés dans des camps dangereux le long de leurs frontières et refusent de venir en aide à des millions d’autres.

Mais il reste énormément de choses que nous pouvons faire.

Rejoignez celles et ceux qui s’unissent pour accueillir les réfugiés dignement. Nous souhaitons rester en contact avec vous pour vous informer de ce que nous pouvons faire ensemble, que ce soit signer une pétition, participer à une action locale ou toute autre action.

Parce qu’ensemble, nous avons plus de force.

De belles choses se produisent lorsque des personnes s’unissent.

Les personnes contraintes de fuir de chez elles n’ont jamais été aussi nombreuses dans le monde.

Au lieu de montrer l’exemple et d’accueillir les personnes réfugiées, la plupart des pays leur claquent la porte au nez.

Les nations les plus riches laissent une poignée de pays faire face seuls à la quasi-totalité des plus de 22 millions de personnes réfugiées du monde. Et pendant ce temps, certains médias et responsables politiques puissants manipulent la réalité et déshumanisent les personnes réfugiées, les présentant comme des envahisseurs sans visage en situation illégale qui sont une menace pour la sécurité.

En réalité, nos dirigeants se dérobent à la responsabilité qui est la leur de protéger les personnes qui fuient la terreur et les persécutions. Et chaque jour qui passe, leur indécision et leur inaction continuent de causer d’immenses souffrances humaines.

Si nous ne pouvons pas compter sur nos responsables politiques pour changer le monde, nous le ferons nous-mêmes.
Accolade entre Wissam, une réfugiée syrienne vivant à Toronto, et Janet Dowler dans un parc de Toronto. © Stephanie Foden/Amnesty International

La possibilité de tout recommencer

Il ressort d’un sondage de 2017 sur l’état d’esprit de jeunes du monde entier que 87 % d’entre eux sont prêts à accueillir des personnes réfugiées dans leur pays, leur quartier ou leur village – et même sous leur toit.

Même lorsque l’environnement politique peut paraître hostile, Amnesty International reste un mouvement de personnes qui pensent que les choses qui nous unissent sont bien plus puissantes que celles qui nous divisent.

C’est pourquoi nous soutenons les projets portés par des groupes locaux comme le parrainage local. Nous n’avons pas besoin d’attendre que les gouvernements se décident à agir pour apporter notre contribution à d’autres solutions importantes, comme la réinstallation.

Car en ce moment même, des personnes dans le monde entier s’unissent pour accueillir les réfugiés, simplement par empathie avec les personnes qui ont tout perdu et parce qu’elles veulent créer un environnement ouvert et chaleureux pour les accueillir.

Des militants installent des paillassons avec l’inscription « Welcome » devant le Parlement à La Haye pour montrer leur soutien aux réfugiés. © Amnesty International

Le moment est venu

Presque tous les dirigeants du monde tournent le dos aux réfugiés. Au Mexique et aux États-Unis, ils arrêtent les personnes qui fuient les violences extrêmes en Amérique centrale. Au Kenya, ils forcent des Somaliens qui vivent en exil depuis des années, voire des dizaines d’années, à retourner dans une zone de conflit dangereuse.

De nombreux pays européens expulsent des demandeurs d’asile vers des pays où ils risquent d’être torturés, violés ou même tués. Ou bien ils concluent des accords dangereux qui les empêchent complètement de venir, mettant ainsi des milliers de personnes dans une situation où elles n’ont pas d’autre choix que traverser la Méditerranée. Et l’Australie enferme des personnes fuyant la torture et les persécutions sur des îles isolées, où elles sont victimes de terribles négligences et violences.

Tout cela doit changer dès maintenant. Et c’est à chacun de nous de faire en sorte que cela change.

Ensemble, nous pouvons ouvrir la voie en faisant dès à présent quelque chose de concret, même si c’est minime, pour accueillir les réfugiés ; que ce soit en signant une pétition, en exprimant notre opinion sur les droits des réfugiés ou en rejoignant un groupe local qui les aide.

Que demande Amnesty ?

Que demande Amnesty International ?

Tous les pays peuvent aider à protéger les personnes réfugiées par le biais de la réinstallation, ainsi que d’autres voies sûres et légales. La réinstallation peut permettre de protéger les réfugiés les plus vulnérables – les personnes qui ont été torturées, par exemple, ou les femmes qui restent exposées à des risques de violences. Les voies sûres et légales sont les autres « voies d’accès » à la sécurité que les gouvernements peuvent ouvrir dans les situations d’urgence, comme dans le cadre de la crise des réfugiés syriens. Ils peuvent par exemple :

L’ouverture de ces voies d’accès à bien plus de réfugiés leur permettra de se rendre dans de nouveaux pays d’accueil de manière sûre et organisée.

En acceptant de partager la responsabilité de la protection des réfugiés, nos gouvernements peuvent faire la preuve de leur capacité à véritablement montrer l’exemple, en investissant dans la vie et l’avenir des gens, et en faisant ressortir ce qu’il y a de meilleur en chacun de nous.

La crise des réfugiés en quelques chiffres

22,3 millions

de réfugiés dans le monde en août 2017

84 %

des réfugiés vivent dans des régions en développement

110 000

réfugiés sont réinstallés chaque année

© Getty Images

Apprenez-en plus sur les droits humains des réfugiés

Suivre notre cours en ligne sur les droits des réfugiés

Demandez à la Norvège de mettre fin aux expulsions vers l’Afghanistan

Des milliers d’élèves norvégiens se démènent pour éviter que leur camarade Taibeh soit expulsée vers l’Afghanistan. Soutenez-les et défendez les autres demandeurs et demandeuses d’asile afghans qui risquent d’être expulsés de Norvège.

Taibeh rêve d’obtenir son diplôme de fin d’études secondaires l’été prochain et de devenir femme médecin, mais elle vit actuellement dans la crainte d’être expulsée vers un pays où elle n’a jamais mis les pieds.

Comme Taibeh, de nombreux Afghans risquent d’être renvoyés en Afghanistan, où ils seront en danger.

Ces dernières années, des milliers d’Afghans ont été expulsés d’Europe, en dépit d’éléments prouvant qu’ils risquent de graves préjudices en Afghanistan. De son côté, la Norvège affirme que le pays est sûr et que des Afghans peuvent y être renvoyés. Or, 2016 a été l’année la plus meurtrière de l’histoire de l’Afghanistan. Dans le contexte actuel, procéder à des expulsions vers l’Afghanistan est non seulement cruel, mais également inconscient et illégal.

Cependant, des gens commencent à se mobiliser pour défendre ces personnes en danger, à l’image des milliers d’élèves qui soutiennent Taibeh dans son combat pour ne pas être expulsée vers l’Afghanistan.

Signez notre pétition pour protéger les demandeurs et demandeuses d’asile afghans comme Taibeh, qui seront en danger s’ils sont expulsés vers l’Afghanistan.

Demandez au gouvernement norvégien de mettre un terme à ces expulsions tant que le pays n’est pas assez stable pour y vivre dignement et en sécurité. Votre signature nous aidera à montrer au gouvernement norvégien que nous nous tenons aux côtés des personnes menacées d’expulsion vers l’Afghanistan.

Le gouvernement norvégien pense que nous ne nous sentons pas concernés. Prouvons-lui le contraire. Signez la pétition dès maintenant et partagez-la autour de vous.

Rejoignez celles et ceux qui s’unissent pour accueillir les réfugiés dignement.

De belles choses se produisent lorsque des personnes s’unissent

REJOINDRE