États-Unis. Amnesty International demande à l’ICE de libérer une militante transgenre

Une femme transgenre, militante des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT), qui a été persécutée et agressée sexuellement au Salvador est détenue sans raison valable par le Service de contrôle de l’immigration et des douanes (ICE) et doit être libérée du centre pénitentiaire du comté de Cibola, au Nouveau-Mexique, a déclaré Amnesty International États-Unis jeudi 7 juin. Alejandra [nous ne donnons que son prénom pour protéger sa sécurité] peine à recevoir les soins médicaux dont elle a besoin en détention.

Son cas est particulièrement urgent au regard de la mort récente d’une autre femme transgenre détenue par l’ICE qui a été brièvement placée dans la même unité pénitentiaire.

« Alejandra mérite une chance de vivre en sécurité et en liberté dans l’attente d’une décision sur son dossier. Tout le monde a le droit de solliciter l’asile pour se protéger des persécutions. Il n’y a aucune raison qu’elle soit enfermée pour avoir cherché une protection, a déclaré Denise Bell, spécialiste des droits des réfugiés et des migrants à Amnesty International États-Unis.

Alejandra mérite une chance de vivre en sécurité et en liberté dans l’attente d’une décision sur son dossier. Tout le monde a le droit de solliciter l’asile pour se protéger des persécutions. Il n’y a aucune raison qu’elle soit enfermée pour avoir cherché une protection.
Denise Bell, spécialiste des droits des réfugiés et des migrants à Amnesty International États-Unis

« Alejandra a passé plus de dix ans à défendre les droits des personnes transgenres au Salvador. Il est maintenant temps de nous rassembler pour la soutenir. Nous appelons l’ICE à la libérer immédiatement pour raisons humanitaires dans l’attente de la décision concernant sa demande d’asile. »

Alejandra a fui le Salvador en 2017 pour échapper au chantage, aux menaces et aux attaques qu’elle a subis à plusieurs reprises. Elle a été agressée sexuellement par des membres d’une organisation criminelle transnationale ainsi que de l’armée salvadorienne en raison de son identité transgenre. S’estimant en danger si elle retournait au Salvador, Alejandra a exercé son droit de solliciter l’asile pour rester aux États-Unis. Elle espère retrouver sa nièce, également transgenre, qui a déjà obtenu l’asile aux États-Unis.

Le 25 mai, Roxana Hernandez, une femme transgenre hondurienne âgée de 33 ans, est morte en détention sous la responsabilité de l’ICE dans un hôpital du Nouveau-Mexique, des suites de complications médicales. Sa mort met en lumière les risques auxquels sont confrontés les demandeurs d’asile transgenres ayant besoin d’une assistance médicale d’urgence lorsqu’ils sont détenus par les services de l’immigration.

En plus de demander à l’ICE de libérer Alejandra, Amnesty International invite ses sept millions de membres, sympathisants et militants dans le monde entier à se mobiliser en sa faveur. Cet appel à l’action se trouve à l’adresse suivante : https://act.amnestyusa.org/page/25608/action/1.