En promulguant un décret interdisant l'entrée de réfugiés aux États-Unis, Donald Trump met en actes une rhétorique de la haine

Réagissant au décret du président Donald Trump qui interdit aux réfugiés de solliciter une réinstallation aux États-Unis, Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International, a déclaré :

« Le décret du président Donald Trump qui empêche ceux qui fuient les conflits et les persécutions dans des pays déchirés par la guerre comme la Syrie de chercher à se mettre en sécurité aux États-Unis est une mesure déplorable dont les répercussions peuvent s'avérer catastrophiques.

« Nos plus grandes craintes quant à l'administration Trump se concrétisent déjà. D'un trait de plume, le président Donald Trump traduit en actes sa rhétorique xénophobe pré-électorale en pointant du doigt des personnes uniquement sur la base de leur religion.

Nos plus grandes craintes quant à l'administration Trump se concrétisent déjà. D'un trait de plume, le président Donald Trump traduit en actes sa rhétorique xénophobe pré-électorale en pointant du doigt des personnes uniquement sur la base de leur religion.
Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International

« Ces hommes, ces femmes et ces enfants sont victimes du terrorisme même que le président Trump affirme vouloir combattre. L'ironie défie l'entendement. En effet, les États-Unis ont directement contribué dans de nombreux pays à l'instabilité qui contraint les citoyens à partir.

« Priver de protection des personnes qui en ont besoin n'est pas une réponse adaptée à la pire crise des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de fermer la porte à ceux qui n'ont d'autre choix que de fuir leur foyer, l'administration Trump doit garder à l’esprit que les États-Unis ont en grande partie été bâtis grâce aux migrants et aux réfugiés.

Priver de protection des personnes qui en ont besoin n'est pas une réponse adaptée à la pire crise des réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de fermer la porte à ceux qui n'ont d'autre choix que de fuir leur foyer, l'administration Trump doit garder à l’esprit que les États-Unis ont en grande partie été bâtis grâce aux migrants et aux réfugiés.
Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International

« Cette décision insensible et douteuse pourrait établir un dangereux précédent à un moment où des pays cherchent des moyens de bloquer l'afflux de réfugiés. »