Comment organiser un rassemblement express contre la discrimination

Par Camille Roch

Il existe de nombreuses façons d'agir en faveur des droits humains, parmi lesquelles le rassemblement express, très efficace pour attirer l'attention sur la discrimination et les préjugés. Voici le guide pas-à-pas de notre formatrice.

Le 16 avril, 140 jeunes ont participé au plus grand rassemblement express jamais organisé à Budapest par Amnesty International Hongrie, afin de dénoncer les crimes de haine et la discrimination.

Cet événement a été l'aboutissement d'un projet éducatif de 14 mois organisé avec 14 associations d'activités extra-scolaires à travers tout le pays. Des éducateurs et des jeunes âgés de 10 à 18 ans ont participé à des activités de sensibilisation pour apprendre à combattre la discrimination, les préjugés et les crimes de haine visant les minorités.

Pour les organisateurs, l'objectif était d'aider des jeunes à mettre en pratique lors d'un événement les connaissances acquises. Nous avons demandé à l'une d'entre eux de nous donner des conseils sur l'organisation d'un événement efficace.

Étape n° 1: Choisir un message

Approfondissez vos connaissances et partagez-les avec d'autres afin que tous comprennent pourquoi vous organisez cet événement et à qui il s'adresse :

« Notre message était "Nous voulons vivre dans un monde sans haine". Les élèves le connaissaient et nous avions discuté de ce thème au cours de précédentes activités. Pour la plupart des jeunes, qui appartiennent à la communauté rom, la discrimination fait partie du quotidien : ils s'entendent souvent dire qu'ils ne sont pas assez bons ou qu'ils ne sont pas de la bonne couleur. Ils savent ce qu'est la discrimination, et parfois ils ont aussi une attitude discriminatoire à l'égard d'autres personnes. Nous avons donc voulu faire participer tout le monde aux activités permettant de comprendre ce que sont les préjugés. C'est le point le plus important : agir contre la haine et comprendre pourquoi on le fait. Pour réussir un rassemblement express, il faut un message fort, mais plus important encore : il faut croire en ce message », a expliqué Juda Penzes, coordinatrice pour l'éducation aux droits humains à Amnesty International Hongrie.

Étape n° 2 : Trouver un nom, un slogan ou un symbole

Il faut donner un nom ou attribuer un symbole au rassemblement express pour faire passer le message. Vous pouvez aussi utiliser un symbole que tous les participants brandiront ou représenteront en même temps afin de renforcer l'impact visuel de l'événement.

« Durant cet événement, tous les participants ont symboliquement joint leur paumes de main et leurs doigts. Ce geste fait à l'origine partie de l'une de nos activités éducatives liées au livre pour enfants intitulé L'Ennemi, que nous utilisons pour encourager les élèves à réfléchir sur des thèmes tels que la différence, ou à se demander quelles sont les personnes que nous considérons comme des ennemis. Nous avons décidé d'intégrer cela dans l'événement pour montrer comment on peut s'élever contre la discrimination », a ajouté Juda.

Pour réussir un rassemblement express, il faut un message fort, mais plus important encore : il faut croire en ce message.

Júda Pénzes, coordinatrice pour l'éducation aux droits humains à Amnesty International Hongrie

Étape n° 3 : prévoir la logistique

Fixez un jour et une heure pour votre événement et choisissez un lieu public très passant. Mettez-vous d'accord sur le type de performance : performance dansée, théâtrale ou musicale. Une fois choisi le lieu, vérifiez avant d'exécuter le rassemblement express qu'il n'existe pas de contraintes particulières liées à des questions de sécurité et de permission à demander.

« Nous avons décidé de réaliser notre performance sur la place tout près de la gare Keleti, où de nombreux réfugiés se sont retrouvés bloqués l'an dernier quand la circulation des trains a été interrompue. Nous avons de cette manière fait passer un message fort disant que les Hongrois ne sont pas indifférents, que les Roms ne sont pas indifférents, et qu'ensemble nous pouvons agir contre la haine », a souligné Juda.

Étape n° 4 : La pratique est mère du succès

Dès que vous le pouvez, réunissez-vous en petits groupes et répétez ensemble les gestes.

« Nous avons fait participer des groupes d'étudiants, de bénévoles et de formateurs, et nous avons répété pendant deux semaines avant le jour J avec l'aide d'un chorégraphe. Nous avons répété tous les jours, dans un parc, dans un parking et à l'école. Pendant ces deux semaines nous avons vraiment eu le sentiment que nous pouvions faire changer les choses », a conclu Juda.

Étape n° 5 : Enregistrer et partager

N'oubliez pas d'enregistrer votre rassemblement express et de le partager sur Internet avec un nombre encore plus important de personnes, afin de les mobiliser.