Somalie

© Mohamed Abdiwahab/AFP/Getty Images
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Le conflit armé opposant les forces du gouvernement fédéral somalien et les soldats de maintien de la paix de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) au groupe armé Al Shabab s’est poursuivi dans le centre et le sud du pays. Les forces gouvernementales et celles de l’AMISOM ont gardé le contrôle des régions du centre et du sud du pays dont elles étaient maîtresses. Plus de 50 000 civils ont été tués, blessés ou déplacés par le conflit armé et la violence généralisée. Toutes les parties au conflit se sont rendues coupables, en toute impunité, d’atteintes aux droits humains et au droit international humanitaire, parfois constitutives de crimes de guerre. Les groupes armés ont continué d’enrôler des enfants et d’enlever et torturer des civils, ou de commettre des homicides illégaux contre la population civile. Le viol et les autres formes de violences sexuelles étaient des pratiques répandues. L’accès des organisations humanitaires à certaines régions était entravé par la poursuite des combats, l’insécurité et les restrictions imposées par les parties au conflit. Quelque 4,7 millions de personnes avaient besoin d’une aide humanitaire ; 950 000 souffraient d’insécurité alimentaire. Des dizaines de milliers de personnes ont été expulsées de force de leur domicile. La liberté d’expression a fait l’objet de restrictions : deux journalistes ont été tués et d’autres ont été agressés, harcelés ou condamnés à des amendes.

Pour en savoir plus

Peine de mort:

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Seif Magango

Attaché de presse Afrique de l’Est, +254 (0) 20 428 30 20

Nos bureaux

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts