Zimbabwe. Les autorités doivent libérer le journaliste Hopewell Chin’ono

Mercredi 18 novembre, la Haute Cour du Zimbabwe examinera la demande de libération sous caution du journaliste indépendant et documentariste Hopewell Chin’ono. Le juge Tawanda Chitapi a annoncé qu’il avait besoin de plus de temps pour étudier de manière approfondie cette demande.

Muleya Mwananyanda, directrice adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International, a déclaré :

Le maintien en détention de Hopewell Chin’ono constitue une violation de ses droits humains.
Muleya Mwananyanda, directrice adjointe pour l’Afrique australe à Amnesty International

« Le maintien en détention de Hopewell Chin’ono constitue une violation de ses droits humains. Il n’aurait jamais dû passer la moindre nuit à la prison de sécurité maximale de Chikurubi, car il est détenu uniquement en raison de son travail journalistique. Son maintien en détention n’est qu’une manœuvre supplémentaire pour attaquer et harceler les détracteurs des autorités en abusant du système judiciaire pénal.

Hopewell Chin’ono n’aurait jamais dû passer la moindre nuit à la prison de sécurité maximale de Chikurubi, car il est détenu uniquement en raison de son travail journalistique.
Muleya Mwananyanda

« Les autorités zimbabwéennes doivent cesser de s’en prendre à Hopewell Chin’ono parce qu’il exerce son droit à la liberté d’expression. Il doit être libéré immédiatement et sans condition, et toutes les poursuites engagées contre lui doivent être abandonnées.

Les autorités zimbabwéennes doivent cesser de s’en prendre à Hopewell Chin’ono parce qu’il exerce son droit à la liberté d’expression. Il doit être libéré immédiatement et sans condition, et toutes les poursuites engagées contre lui doivent être abandonnées.
Muleya Mwananyanda

« Les autorités ont ordonné le placement en détention provisoire de Hopewell Chin’ono uniquement pour régler des comptes et l’empêcher de couvrir des sujets d’intérêt public. Elles doivent cesser de se servir de la justice pénale pour faire taire les voix critiques. »

Complément d’information

Hopewell Chin’ono a été arrêté le 3 novembre et fait l’objet de poursuites pour obstacle ou entrave à la justice. Les autorités l’accusent d’avoir créé des lignes de communication avec des personnes non identifiées travaillant pour l’Autorité nationale chargée des poursuites, qui lui auraient donné accès à des délibérations confidentielles, qu’il aurait ensuite rendues publiques sur plusieurs réseaux sociaux, notamment Twitter, le 25 octobre.

Ces informations confidentielles étaient censées démontrer qu’Henrietta Rushwaya, une femme zimbabwéenne qui aurait été arrêtée à l’aéroport international Robert Mugabe alors qu’elle tentait de faire sortir clandestinement de l’or du pays, allait être libérée sous caution sans que l’Autorité nationale chargée des poursuites ne s’y oppose.

Des représentants du parquet ont affirmé que Hopewell Chin’ono avait compromis l’intégrité de son dossier et de celui d’Henrietta Rushwaya. Hopewell Chin’ono a également été inculpé d’« incitation du public à la haine » après avoir été arrêté en juillet pour avoir dévoilé des allégations de corruption et appelé à manifester contre la corruption.