États-Unis. Le président nouvellement élu Joe Biden doit faire des droits humains une priorité

En réaction aux informations selon lesquelles Joe Biden deviendra le 46e président des États-Unis d’Amérique, le directeur exécutif par intérim d’Amnesty International États-Unis, Bob Goodfellow, a déclaré :

« En tant qu’organisation dédiée à la défense des droits humains de toutes et de tous, aux États-Unis comme dans le reste du monde, Amnesty International États-Unis appelle le futur gouvernement du président élu Joe Biden à agir immédiatement pour mettre fin aux violations des droits humains commises par le gouvernement des États-Unis, notamment la détention et la séparation des enfants et de leur famille en quête de sécurité.

« Si le gouvernement actuel a commis de nombreuses violations des droits humains, beaucoup de violations précédaient Donald Trump. Afin de rompre avec une histoire marquée de longue date par des violations des droits humains, le président nouvellement élu des États-Unis Joe Biden et le Congrès doivent donner la priorité à un programme audacieux en matière de droits humains. Nous avons mis au point onze priorités en matière de droits humains et, en travaillant avec nos membres, nous allons veiller à ce qu’ils soient mis en œuvre et respectés, notamment en ce qui concerne la violence policière, la violence par armes à feu, les personnes réfugiées, le genre, les ventes d’armes, et la liberté d’expression.

En tant qu’organisation dédiée à la défense des droits humains de toutes et de tous, aux États-Unis comme dans le reste du monde, Amnesty International États-Unis appelle le futur gouvernement du président élu Joe Biden à agir immédiatement pour mettre fin aux violations des droits humains commises par le gouvernement des États-Unis, notamment la détention et la séparation des enfants et de leur famille en quête de sécurité.
Bob Goodfellow, directeur exécutif par intérim d’Amnesty International États-Unis

« Cela fait soixante ans que nous défendons la liberté face aux dictateurs et aux tyrans à travers le monde, et nous n’allons pas nous arrêter là. Nous allons travailler à créer une dynamique autour de ces changements que nous réclamons de la part du gouvernement américain, et nous demanderons des comptes au gouvernement de Joe Biden au regard des obligations du pays en matière de droits humains. »