Mauritanie. Deux blogueurs toujours détenus deux mois après leur arrestation pour avoir dénoncé des faits de corruption

Les autorités en Mauritanie doivent libérer immédiatement et sans condition deux célèbres blogueurs détenus depuis deux mois uniquement pour avoir dénoncé sur Facebook des faits présumés de corruption dans le pays, a déclaré Amnesty International le 22 mai 2019.

Cheikh Ould Jiddou et Abderrahmane Weddady ont été arrêtés le 22 mars par la brigade des crimes financiers à Nouakchott, la capitale mauritanienne. Inculpés d’« accusations calomnieuses », ils sont incarcérés à la prison centrale. Leur carte d’identité et leur passeport leur ont été confisqués.

Cheikh Ould Jiddou et Abderrahmane Weddady sont connus pour dénoncer les violations des droits humains sur leurs blogs et inspirent d’autres jeunes à travers le pays qui se mettent à exercer leur droit à la liberté d’expression, y compris en ligne
Kiné Fatim Diop, chargée de campagne sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty international

« Leur détention illégale montre que le gouvernement mauritanien est décidé à écraser la dissidence et à utiliser les chefs d’" informations malveillantes " contre les voix perçues comme critiques qui s’élèvent dans le pays. Deux mois après leur arrestation, ils sont toujours en détention et nous demandons leur libération immédiate et inconditionnelle. »

Abderrahmane Weddady et Ould Jiddou ont critiqué la corruption qui régnerait au sein du gouvernement dans des commentaires sur Facebook. Leurs allégations se basaient sur des articles de presse, selon lesquels les Émirats arabes unis avaient gelé des comptes bancaires, dotés d’environ deux milliards de dollars américains, appartenant à des proches du pouvoir mauritanien.

Ils ont tout d’abord été entendus en tant que témoins par la brigade des crimes financiers le 7 mars, à la suite d’une demande d’information judiciaire sur les allégations de corruption. Le 22 mars, ils ont été interpellés. Trois jours plus tard, la police a perquisitionné leurs domiciles sans présenter de mandat et a saisi l’ordinateur d’Abderrahmane Weddady.

« Les autorités mauritaniennes devraient s’ouvrir aux débats et à la critique émanant des défenseurs des droits humains, des militants et des journalistes. Le respect et la protection du droit à la liberté d’expression devraient être une de leurs priorités, l’élection présidentielle étant prévue le mois prochain, a déclaré Kiné Fatim Diop.

« Nous leur demandons de libérer Abderrahmane Weddady et Ould Jiddou et de respecter leur droit d’exprimer leurs opinions sans violence. »

Complément d’information

D’après l’un des avocats d’Abderrahmane Weddady et Ould Jiddou, la Cour suprême de Mauritanie a rejeté leur requête demandant d’annuler l’ouverture de la procédure et a rejeté la demande de libération sous caution. Une nouvelle demande de libération sous caution a été déposée le 13 mai. Dans une déclaration publiée le 22 mars, le procureur a nié les informations parues dans les médias faisant état de corruption.