Tadjikistan

© Press Association/Peter Leonard/AP
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

L’espace permettant l’expression d’opinions dissidentes a continué de se réduire comme une peau de chagrin. Les autorités ont invoqué de possibles menaces pour la sécurité nationale, ainsi que la lutte contre le terrorisme, pour justifier l’imposition de restrictions de plus en plus draconiennes à la liberté d’expression et à la liberté d’association. Inculpés au titre de la législation contre le terrorisme, plusieurs membres du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT), une formation d’opposition interdite, ont été condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement (certains à la réclusion à perpétuité) à l’issue de procès qui se sont déroulés dans le plus grand secret et dans des conditions totalement inéquitables. Certaines allégations selon lesquelles des agents de l’État les auraient torturés pour leur extorquer des « aveux » n’ont pas donné lieu à une enquête approfondie et impartiale. Des avocats représentant des membres du PRIT ont été victimes d’actes de harcèlement, de détention arbitraire, de poursuites, voire de lourdes peines d’emprisonnement après avoir été jugés pour raisons politiques.

Pour en savoir plus

Peine de mort:

Abolitionniste en pratique

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire, mais les autorités n’ont procédé à aucune exécution depuis au moins 10 ans.

Nouvelles

Points de vue

Articles de fond, billets d'opinion, témoignages, et bien plus encore

Questions des médias

Aleksander Artemev

Responsable médias pour la Russie et l’Eurasie, +7 495 6901852

Nos bureaux

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts