Afghanistan
© SHAH MARAI/AFP/Getty Images
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

La poursuite du conflit s’est traduite par des atteintes généralisées aux droits fondamentaux de la population civile. Les violences liées au conflit ont entraîné des décès, des blessures et des déplacements. Cette année encore, de nombreuses victimes civiles ont été à déplorer. La plupart ont été tuées ou blessées par des groupes armés insurgés, mais une minorité non négligeable a été victime des forces progouvernementales. Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays en raison du conflit a augmenté, pour atteindre 2 millions. Par ailleurs, quelque 2,6 millions d’Afghans étaient réfugiés à l’étranger. Les violences liées au genre visant des femmes et des filles ont persisté ; elles étaient le fait d’agents de l’État et d’acteurs non gouvernementaux. Une augmentation des châtiments infligés en public à des femmes par des groupes armés en vertu de la charia (droit musulman) a été signalée. Des défenseurs des droits humains ont été la cible de menaces imputables tant à des agents de l’État qu’à des acteurs non gouvernementaux. Des journalistes ont été confrontés à la violence et à la censure. Comme les années précédentes, des condamnations à mort ont été prononcées. Cinq personnes ont été exécutées en novembre. La minorité hazara et les chiites ont cette année encore été en butte au harcèlement ; ils ont subi des attaques de plus en plus nombreuses, commises principalement par des groupes armés insurgés.

Lire la suite

Peine de mort :

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Media Team

Attaché de presse Asie et Pacifique,+44 (0)203 036 5138

Nos bureaux

Amnesty International South Asia 23/2 Horton Place, Colombo 7, Sri Lanka

Téléphone

+94 72 737 5467

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts