Venezuela

Voir d’autres pays dans

  • AMéRIQUES
  • ANGUILLA
  • ANTIGUA-ET-BARBUDA
  • ANTILLES
  • ARGENTINE
  • BELIZE
  • BERMUDES
  • BARBADE
  • BOLIVIE
  • BRéSIL
  • CANADA
  • CHILI
  • COLOMBIE
  • COSTA RICA
  • CUBA
  • DOMINIQUE
  • GUADELOUPE
  • GUYANE FRANÇAISE
  • GRENADE
  • GUATEMALA
  • HONDURAS
  • LES ÎLES CAÏMANS
  • MARTINIQUE
  • MONTSERRAT
  • MEXIQUE
  • NICARAGUA
  • PARAGUAY
  • PORTO RICO
  • PéROU
  • RéPUBLIQUE DOMINICAINE
  • SAINT-VINCENT-ET-LES-GRENADINES
  • SAINT-KITTS-ET-NEVIS
  • SAINTE-LUCIE
  • SALVADOR
  • TRINITé-ET-TOBAGO
  • URUGUAY
  • VENEZUELA
  • ÉQUATEUR
  • ÉTATS-UNIS
  • ÎLES MALOUINES
  • ÎLES TURQUES-ET-CAÏQUES
  • ÎLES VIERGES BRITANNIQUES
  • ÎLES VIERGES DES ÉTATS-UNIS

Vue d'ensemble

La crise des droits humains s’est poursuivie au Venezuela, et des exécutions extrajudiciaires, un usage excessif de la force et des homicides illégaux perpétrés par les forces de sécurité ont de nouveau été signalés au cours de l’année. Des personnes qui critiquaient les politiques publiques – notamment des militant·e·s politiques, des journalistes et des soignant·e·s – ont fait l’objet de mesures de répression, y compris de poursuites pénales, de procès inéquitables et de placements en détention arbitraire. Des personnes détenues arbitrairement auraient été victimes d’actes de torture et d’autres mauvais traitements ainsi que de disparitions forcées. Les défenseur·e·s des droits humains étaient en butte à la stigmatisation et se heurtaient à des obstacles pour mener à bien leur action. La crise humanitaire s’est aggravée, avec de nombreuses pénuries de services et un taux d’extrême pauvreté élevé. Ces problèmes et la dégradation persistante du système de santé ont été exacerbés par la pandémie de COVID-19. Les personnes revenant dans le pays ont été retenues dans des centres de quarantaine gérés par l’État, dans des conditions et pour des périodes qui pourraient s’être apparentées à une détention arbitraire et à de mauvais traitements. La Mission internationale indépendante d’établissement des faits sur la République bolivarienne du Venezuela [ONU] a constaté qu’il existait des motifs raisonnables de penser que des crimes contre l’humanité avaient été commis au Venezuela depuis 2014 et que le président Nicolás Maduro, des ministres et de haut gradés de l’armée avaient ordonné ou contribué à la commission des crimes présentés dans son rapport.

Lire la suite

État de la peine de mort

Abolitionniste pour tous les crimes

N’utilise pas la peine de mort

Voir le rapport d’Amnesty International 2020/21

Actualités

Commentaire

Analyse, opinion, histoires personnelles et plus encore.

Demandes de renseignements des médias


[email protected]

Nos agences

Bureau de la section

Adresse

Amnistía Internacional Torre Phelps piso 17, oficina 17 A Av. La Salle, Plaza Venezuela Los Caobos, CARACAS 1050

Téléphone

00582127931318

Email :

[email protected]

Site web

Voir le site Web de la section

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir toutes les coordonnées

Recherche

Rapports, séances d’information, actions urgentes et présentations de l’ONU.