©Spring96.org

Bélarus. Il faut libérer immédiatement les défenseur·e·s des droits humains Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk

En réaction aux informations selon lesquelles le tribunal municipal de Minsk a commencé le 25 avril 2022 à examiner l’affaire concernant les défenseur·e·s des droits humains Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk, aux côtés de huit coaccusés, Marie Struthers, directrice pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale à Amnesty International, a déclaré :

« Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk sont victimes de la vague de répression qui s’est abattue sur le Bélarus depuis deux ans, alors que les autorités cherchent à éliminer la société civile du pays. Leur cas reflète une sombre réalité dans le pays, où des ONG critiques sont fermées, des manifestant·e·s pacifiques détenus arbitrairement et des militant·e·s des droits humains impitoyablement incarcérés.

Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk sont victimes de la vague de répression qui s’est abattue sur le Bélarus depuis deux ans, alors que les autorités cherchent à éliminer la société civile du pays

Marie Struthers, directrice pour l'Europe de l'Est et l'Asie centrale à Amnesty International

« Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk n’auraient jamais dû être inculpés. Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition. Les autorités bélarussiennes doivent de toute urgence mettre fin à leur campagne de répression contre les militant·e·s de la société civile. Toutes les personnes déjà jetées derrière les barreaux simplement pour avoir accompli leur travail en faveur des droits humains doivent également être libérées. »

Complément d’information

Fondée en 1996, Viasna est une organisation de défense des droits humains de premier plan au Bélarus. Elle recueille notamment des informations sur les violations des droits humains commises dans le sillage de l’élection présidentielle contestée d’août 2020.

Marfa Rabkova a travaillé comme coordinatrice des bénévoles pour Viasna et Andreï Chapyuk était bénévole au sein de l’association à Minsk. Marfa Rabkova et Andreï Chapyuk ont ​​été accusés d’avoir organisé un « groupe extrémiste » et d’avoir travaillé avec ce groupe.

Marfa Rabkova a été arrêtée à Minsk le 17 septembre 2020 et accusée d’avoir formé des personnes en vue de participer à des émeutes de masse. Fin novembre 2021, les procureurs l’ont également accusée de « dommages matériels », « hooliganisme » et « incitation à la haine », entre autres chefs d’accusation.

Andreï Chapyuk a été arrêté le 2 octobre 2020 et inculpé de « participation à des émeutes de masse » et de « dommages matériels ».

Si elle est reconnue coupable, Marfa Rabkova encourt jusqu’à 12 ans de prison, tandis qu’Andreï risque jusqu’à huit ans d’emprisonnement.

Tell Belarusian authorities to free Marfa Rabkova

Marfa was arbitrarily detained on 17 Sep 2020, and has been in pre-trial detention ever since, charged with fabricated criminal offences. She could face up to 12 years in prison if convicted. Marfa must be freed immediately and unconditionally.