Samir Hussein / Contributor

Michael Palin se joint à l’appel lancé par Amnesty pour que le Royaume-Uni redistribue en urgence des doses de vaccin contre le Covid-19

Amnesty International et le comédien Michael Palin demandent au gouvernement britannique de redistribuer de toute urgence des doses de vaccin contre le Covid-19 afin que les personnes les plus à risque – où qu’elles soient – puissent recevoir une injection, alors que le Népal et de nombreux autres pays continuent d’affronter une crise sanitaire catastrophique.

Au Népal, plus de 1,4 million de personnes à risque ont reçu en mars une première dose du vaccin Oxford-AstraZeneca, et devaient recevoir début juin la deuxième dose. Or, les livraisons attendues ne sont pas arrivées dans le pays en raison de la pénurie mondiale de vaccins, et l’échéance a été reportée à juillet. À la suite d’un appel adressé à la communauté internationale, le Japon s’est engagé à pallier ce manque. Mais à moins que le monde ne fasse un effort supplémentaire, le manque d’accès aux vaccins contre le Covid-19 va continuer de placer le Népal et de nombreux autres pays à l’arrière du combat contre le Covid-19.

Michael Palin, qui s’est joint à l’appel urgent d’Amnesty International, a déclaré :

« J’ai voyagé au Népal, j’y ai rencontré de très nombreuses personnes, et je suis terriblement attristé d’apprendre que la vie d’un million de personnes au Népal est en danger. Je demande instamment au gouvernement britannique de partager ses provisions de vaccins immédiatement avec le Népal et avec les autres pays où les personnes les plus à risque n’ont pas encore accès aux vaccins contre le Covid-19. »

Je demande instamment au gouvernement britannique de partager ses provisions de vaccins immédiatement avec le Népal et avec les autres pays où les personnes les plus à risque n’ont pas encore accès aux vaccins contre le Covid-19.

Michael Palin

Au Pérou comme en Tunisie, en Indonésie comme en Papouasie-Nouvelle-Guinée, la pandémie de Covid-19 ébranle des millions de vies et continue de faire des ravages. À l’échelle mondiale, plus de quatre millions de vies ont été perdues, les systèmes de santé continuent d’être soumis à une terrible pression, et pour la plupart des pays du monde, l’issue de cette crise n’est pas en vue, en particulier dans les pays où il y a une forte pénurie de vaccins. 

Selon certaines estimations, au rythme actuel, ce n’est pas avant 57 ans que tous les pays pourront être totalement vaccinés,  et les dernières statistiques en date indiquent que 85 % des doses de vaccin ont été administrées dans les pays les plus riches, et que seuls 0,3 % des doses ont été administrées dans des pays à faible revenu. Les pays tels que le Royaume-Uni, qui ont commandé suffisamment de doses pour vacciner leur population trois fois, doivent contribuer à l’effort visant à résoudre dès à présent les inégalités en matière de vaccin dans le monde. 

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, a déclaré :

« Le Royaume-Uni a déjà immunisé totalement plus de 50 % de sa population en presque six mois. Par contre, le Népal n’a pu vacciner pleinement que 3,97 % de sa population, et il n’a pas reçu les livraisons prévues alors qu’il connaît une nouvelle vague meurtrière de COVID-19. Ces chiffres mettent en évidence une inégalité impardonnable. Les pays riches ne peuvent pas se contenter de détourner le regard pendant que la maison de leurs voisins est en feu. Il ne s’agit pas d’abstractions, mais du droit à la vie des personnes. 

Les pays riches ne peuvent pas se contenter de détourner le regard pendant que la maison de leurs voisins est en feu.

Agnès Callamard, secrétaire générale d'Amnesty International

« Le Japon s’est engagé, de façon fort louable, à envoyer 1,6 million de doses au Népal au cours des prochaines semaines, mais cela ne représente qu’une solution temporaire et partielle, et non une solution à l’échelle planétaire. Les dirigeant·e·s doivent réaliser que les virus se moquent des frontières. La communauté internationale doit intervenir de façon résolue, en particulier les pays riches tels que le Canada, les États-Unis, Royaume-Uni et l’Union européenne, qui disposent de doses non utilisées avec une date de péremption qui peut être proche pour beaucoup d’entre elles. Ils doivent faire ce qui est juste et mettre de toute urgence en œuvre un plan exhaustif pour une redistribution équitable de ces doses à travers le monde. Dans une perspective plus large, le Royaume-Uni et les autres pays doivent également renoncer aux droits sur les vaccins, afin de permettre un accroissement de la production pour satisfaire la demande mondiale. »

Le Népal n’est que l’un des nombreux pays qui sont actuellement confrontés à une grave pénurie de vaccins. La crise de l’approvisionnement ne pourra être résolue à long terme qu’en prenant des mesures critiques pour remédier aux inégalités en matière de vaccins, notamment en poussant les entreprises pharmaceutiques à partager leurs connaissances et leur technologie tout en veillant à ce que les droits relatifs à la propriété intellectuelle ne fassent pas obstacle à une production mondiale accrue.

Amnesty International demande à la communauté internationale, en particulier aux pays riches tels que le Royaume-Uni, de partager en urgence les doses de vaccin non utilisées et de prendre d’autres mesures concrètes pour remédier aux inégalités en matière de vaccins dans le monde. 

Amnesty International a lancé une action urgente appelant le gouvernement britannique à remédier à la grave pénurie de vaccin Oxford-AstraZeneca au Népal, le pays affrontant actuellement une nouvelle vague de Covid-19 . Pour en savoir plus, cliquez ici.