Soudan. Un enseignant religieux encourt la peine de mort pour avoir défendu les droits humains

Le gouvernement soudanais a intensifié ses tentatives de réduire au silence Matar Younis Ali Hussein, un enseignant religieux souffrant de déficience visuelle qui encourt la peine de mort uniquement pour avoir critiqué la répression menée par le gouvernement au Darfour et pour avoir défendu les droits humains, a déclaré Amnesty International avant l’audience du 12 juillet 2018.

Matar Younis est l’une des rares personnes à défendre les victimes du Darfour et à avoir constamment, courageusement et publiquement demandé au gouvernement de modifier ses politiques néfastes et de protéger les personnes déplacées du Darfour. Il ne devrait pas être poursuivi en justice pour avoir défendu les droits humains.
Seif Magango, directeur adjoint du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International

Matar Younis, 48 ans, encourt la peine de mort ou la réclusion à perpétuité s’il est déclaré coupable d’accusations forgées de toutes pièces de « guerre contre l’État » et d’« atteinte au système constitutionnel ». Il est également accusé d’« espionnage ».

« Les autorités soudanaises ont fait preuve d’un mépris persistant pour les droits humains de la population du Darfour. Matar Younis est l’une des rares personnes à défendre les victimes du Darfour et à avoir constamment, courageusement et publiquement demandé au gouvernement de modifier ses politiques néfastes et de protéger les personnes déplacées du Darfour. Il ne devrait pas être poursuivi en justice pour avoir défendu les droits humains », a déclaré Seif Magango, directeur adjoint du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International.

Les autorités soudanaises doivent abandonner toutes les charges retenues contre Matar Younis et le libérer immédiatement et sans condition.
Seif Magango

« Les autorités soudanaises doivent abandonner toutes les charges retenues contre Matar Younis et le libérer immédiatement et sans condition. Amnesty International considère Matar Younis comme un prisonnier d’opinion. Il est absurde que cet homme courageux qui a osé critiquer les violations constantes des droits humains dont sont victimes les personnes dans sa région encoure la peine de mort. »