Russie. Des militants criméens condamnés à l'issue d'un procès militaire « entaché par des irrégularités »

Les très lourdes peines d'emprisonnement – allant jusqu'à 20 ans de prison – prononcées par un tribunal militaire contre deux militants ukrainiens aujourd'hui sont d'une injustice flagrante après un procès manifestement inéquitable entaché par des allégations crédibles de torture, a déclaré Amnesty International.

Le tribunal militaire de la ville russe de Rostov-sur-le-Don a condamné le cinéaste Oleg Sentsov à 20 ans d'emprisonnement et le militant écologiste et antifasciste Alexandre Koltchenko à 10 ans d'emprisonnement pour des chefs de « terrorisme » que les deux hommes nient et qui ont selon eux été motivés par des considérations politiques. Ils ont tous deux été accusés d'incendies criminels visant des organisations pro-russes à la suite de l'occupation de la Crimée par la Russie l'an dernier.

« Ce procès a eu pour but d'envoyer un message. Il s'inscrit dans le cadre de la guerre de propagande contre l'Ukraine menée par la Russie et évoque les procès pour l'exemple de l'ère stalinienne contre des dissidents », a déclaré Heather McGill, chargée de recherches sur l'Eurasie à Amnesty International.

Ce procès a eu pour but d'envoyer un message. Il s'inscrit dans le cadre de la guerre de propagande contre l'Ukraine menée par la Russie et évoque les procès pour l'exemple de l'ère stalinienne contre des dissidents.
Heather McGill, chargée de recherches sur l'Eurasie à Amnesty International.

« Ce procès a été gravement entaché par des irrégularités et les allégations crédibles de torture et d'autres mauvais traitements n'ont pas été prises en compte par le tribunal. Oleg Sentsov et l'un des principaux témoins de l'accusation ont dit avoir été torturés.

« Tout témoignage obtenu au moyen de la torture ou d'autres mauvais traitements doit être rejeté, les chefs de « terrorisme » doivent être abandonnés, et Oleg Sentsov et Alexandre Koltchenko devraient être soit libérés soit jugés par un tribunal civil dans le cadre d'un procès équitable. »

Le droit international humanitaire exige que la Russie, en tant que puissance occupante en Crimée, poursuive en justice tous les accusés devant des juridictions civiles et selon la législation ukrainienne.

Note aux rédacteurs : Amnesty International a assisté au procès, y compris à l'audience d'aujourd'hui au tribunal militaire de Rostov-sur-le-Don durant laquelle le verdict a été rendu, et ses porte-paroles sont disponibles pour des commentaires.

Pour en savoir plus sur ce procès, consultez :

- «Le système ne pardonne pas» - Des militants criméens traînés devant un tribunal militaire russe : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/08/crimean-activists-hauled-before-a-russian-military-court/

- Russie. Un cinéaste et un militant ukrainiens jugés pour terrorisme https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2015/08/russia-terror-trial/