Agir en faveur de Taibeh

  • Histoire

Agir en faveur de Taibeh

Bien que son avenir soit incertain, Taibeh Abbasi recevra son diplôme ce week-end, en même temps que ses camarades norvégiens. C’est une petite victoire pour ce groupe de jeunes militants et militantes qui ont décidé d’agir pour défendre Taibeh après avoir appris qu’elle risquait d’être renvoyée en Afghanistan. Mona, 19 ans, est à l’origine de la campagne #AbbasiStays. Elle explique ici pourquoi le militantisme jeune n’a jamais été aussi important...

Si vous voulez faire une différence, c’est possible. N’ayez pas peur d’exprimer votre opinion, entourez-vous d’amis qui vous soutiennent et ne perdez jamais espoir.

Mon amie Taibeh Abbasi risque d’être expulsée vers l’Afghanistan. Il y a six ans, sa famille et elles ont immigré en Norvège. Elle s’est fait des amis et s’est adaptée à la vie et au rythme de l’école. Et soudainement, elle s’est retrouvée face au risque de perdre tout cela. C’était tellement cruel.

De gauche à droite, Mona, Taibeh et ses amies.

Lorsque mon frère a entendu parler de Taibeh, il est venu me demander mon aide. Il voulait faire quelque chose, et moi aussi, en tant que conseillère étudiante. Nous sommes allés à la rencontre de Taibeh. C’est une jeune femme tellement forte et gentille. Quand je lui ai dit que nous voulions l’aider, elle s’est mise à pleurer. Elle était tellement heureuse d’avoir du soutien.

Avec 12 autres élèves, nous avons lancé la campagne #AbbasiStays. Nous nous sommes fait entendre au travers d’actions de protestation, de manifestations et même d’un concert. Notre mouvement s’est élargi et les élèves d’autres écoles nous ont rapidement rejoints, tandis que des organisations comme Amnesty International nous ont appuyés.

Taibeh et moi sommes devenues très amies, et mon but principal est de la soutenir en étant là pour elle. Cela fait des années qu’elle subit cette situation. Nous, en tant qu’équipe et en tant qu’amis, nous voulions nous assurer que son histoire attirerait l’attention du public, et que ce serait elle-même qui la partagerait.

Le jour où Taibeh a reçu la lettre lui notifiant son expulsion a été l’un des moments les plus durs. J’avais la gorge serrée. Je me souviens du silence et du sentiment de peur. Nous pensions qu’une date avait été fixée, mais ce n’était pas le cas.

Bien que ce ne soit pas le résultat que nous espérions, nous sommes heureux de recevoir notre diplôme ensemble. Si nous n’avions pas fait campagne, la situation aurait pu être très différente.

Taibeh fait entendre sa voix.

Ce fut une année intense pour tout le monde, avec des hauts et des bas. Lorsque nous ne menions pas d’actions, nous faisions nos devoirs et nous préparions nos examens. Notre remise de diplôme est une occasion de célébrer notre amitié, nos succès et notre campagne.

Nous avons tous beaucoup changé cette année, surtout Taibeh. Elle était très timide, mais aujourd’hui elle est capable de se tenir devant des milliers de personnes et de raconter son histoire sur une plateforme mondiale. Beaucoup de gens ont été touchés. Nous nous sommes inspirés les uns des autres. C’est incroyable de voir d’autres élèves se mettre à défendre ce en quoi ils et elles croient. L’histoire de Taibeh a vraiment contribué à forger des liens à Trondheim.

C’est crucial de se battre ensemble. L’union fait la force. Lorsque des jeunes se regroupent, nous pouvons accomplir beaucoup de choses. Je ne sais pas ce que l’avenir réserve, mais j’espère sincèrement que Taibeh pourra rester en Norvège et vivre heureuse, sans avoir peur. Quant à moi, je continuerai de défendre des gens et de faire tout mon possible pour faire la différence. Je refuse de tolérer l’injustice.

Demandez à la Norvège

Mettre fin aux expulsions vers l’Afghanistan

Agir maintenant