Arabie saoudite : libérez les militant·e·s emprisonné·e·s

En Arabie saoudite, des violations des droits humains sont légitimées par un « Tribunal pénal spécial ». Agissez dès maintenant.

Le gouvernement saoudien tente d’améliorer son image en investissant des millions de dollars dans une campagne de relations publiques visant à convaincre les États-Unis et l’Union européenne de l’aider à concrétiser ses ambitions économiques pour 2030. Mais cette campagne de relations publiques occulte une campagne gouvernementale de répression, d’intolérance et de violations des droits humains dans le pays, dont un grand nombre sont légitimées par un « Tribunal pénal spécial » qui est largement instrumentalisé.

Nos recherches montrent que, par le biais de ce tribunal, des militant·e·s pacifiques, des personnalités religieuses et des membres de la minorité chiite sont souvent jugés de manière inique, condamnés à de longues peines de prison, voire condamnés à mort sur la base d’« aveux » extorqués sous la torture. Plusieurs de ces personnes ont été exécutées. Ce tribunal est l’instrument du gouvernement pour museler les voix dissidentes en Arabie saoudite.

En novembre 2020, l’Arabie saoudite organisera le sommet du G20 à Riyadh, où les pays les plus riches et les plus puissants se réuniront pour évoquer des problématiques mondiales. Il s’agit là d’une occasion d’augmenter la pression sur le roi Salman bin Abdul Aziz Al Saud et le gouvernement saoudien pour qu’ils entreprennent de véritables réformes protégeant les droits humains, plutôt qu’une campagne de relations publiques. Si suffisamment de personnes apportent explicitement leur soutien aux héros et aux héroïnes d’Arabie saoudite qui sont poursuivis par le gouvernement, le roi devra les écouter.

Signez notre pétition et demandez au roi d’Arabie saoudite, Salman bin Abdul Aziz Al Saud, de libérer immédiatement et sans condition toutes celles et tous ceux qui ont été emprisonnés pour avoir protesté de manière pacifique.

Depuis deux ans, des militant·e·s saoudiens subissent une répression sans précédent, et ce tribunal sert à légitimer cette oppression. Nous avons aujourd’hui l’occasion de mettre la pression sur le roi Salman bin Abdul Aziz Al Saud afin qu’il mette un terme à ces violations des droits humains. Agissez dès maintenant.