• Campagnes

Guatemala. Craintes pour des dirigeants indigènes

, N° d'index: AMR 34/003/2013

Quatre dirigeants indigènes xincas ont été enlevés près de Mataquescuintla, dans le département de Jalapa (est du Guatemala), après avoir participé à un rassemblement public. L'un d'entre eux a été tué.

AU 67/13, AMR 34/003/2013 Guatemala 19 mars 2013
ACTION URGENTE
GUATEMALA. CRAINTES POUR DES DIRIGEANTS INDIGÈNES
Quatre dirigeants indigènes xincas ont été enlevés près de Mataquescuintla, dans le département de
Jalapa (est du Guatemala), après avoir participé à un rassemblement public. L'un d'entre eux a été tué.
Le 17 mars 2013, Encarnación Marcos, Rigoberto Aguílar, Rodolfo López et Roberto González ont pris part à un
rassemblement public au hameau d'El Volcancito, à San Rafael Las Flores. Cette réunion, pendant laquelle ils ont
joué le rôle d'observateurs, avait été organisée par les habitants dans le but d'obtenir l'avis de la population locale
sur l'exploitation minière dans la région. Les quatre hommes ont ensuite quitté El Volcancito à 20 h 30. Vers
21 h 45, aux abords de Mataquescuintla, une douzaine d'hommes lourdement armés et cagoulés ont bloqué leur
voiture et les ont forcés à monter dans deux camionnettes. Rigoberto Aguílar et Rodolfo López ont été libérés
séparément pendant la nuit. Le premier aurait été battu.
Encarnación Marcos a été retrouvé mort tôt dans la matinée du 18 mars. Son corps avait été jeté dans un fossé, les
mains attachées. Une des camionnettes se trouvait à proximité. D'après les premières informations parues dans la
presse, cet homme est mort étranglé.
Le même jour, alors que Roberto González était toujours porté disparu, plusieurs habitants de la région sont
descendus dans la rue et ont bloqué la route qui mène à Jalapa. À 17 heures, des négociations ont été organisées
entre les responsables indigènes de Santa María Xalapán, des représentants de l'Église catholique et les autorités
afin de résoudre cette crise. Quelques heures plus tard, Roberto González a été retrouvé vivant à Chimaltenango,
près de Guatemala, dans des circonstances encore troubles.
Tout comme ses trois collègues, Encarnación Marcos appartenait à la communauté de Santa María Xalapán, dans le
département de Jalapa, jouait un rôle officiel au sein des autorités traditionnelles indigènes xincas et militait en
faveur de plusieurs questions d'ordre social. Amnesty International est très inquiète pour la sécurité de Rigoberto
Aguílar, Rodolfo López et Roberto González.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS, en espagnol ou dans votre propre langue :
exhortez les autorités à prendre immédiatement des mesures pour assurer la protection des trois dirigeants xincas
de Santa María Xalapán, dans le respect de leurs souhaits ;
demandez qu'une enquête indépendante, minutieuse et impartiale soit menée sur l'enlèvement de ces trois
hommes et d'Encarnación Marcos, ainsi que sur l'homicide de ce dernier, que les conclusions soient rendues
publiques et que les responsables présumés soient traduits en justice.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 30 AVRIL 2013 À :
Président du Guatemala
Otto Pérez Molina
Casa Presidencial
6ª Avenida 4-41, Zona 1
Ciudad de Guatemala, Guatemala
Fax : +502 2221 4423
Twitter : @ottoperezmolina
Formule d'appel : Estimado Sr
Presidente, / Monsieur le Président,
Procureure générale
Claudia Paz y Paz Bailey
Ministerio Público
15ª Avenida 15-16, Zona 1
Barrio Gerona, 01001 Ciudad de
Guatemala, Guatemala
Fax : +502 2411 8168
Formule d'appel : Señora Fiscal General,
/ Madame la Procureure générale,
Copies à :
Unidad de protección a defensores y
defensoras de derechos humanos -
UDEFEGUA (ONG guatémaltèque)
1 Calle 7-45 zona 1, Oficina 2-b
Ciudad de Guatemala, Guatemala
Courriel : udefegua@yahoo.com
Veuillez également adresser des copies aux représentants diplomatiques du Guatemala dans votre pays (adresse/s à compléter) :
nom(s), adresse(s), n° de fax, adresse électronique, formule de politesse
Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci.
Noms : Encarnación Marcos, Rigoberto Aguílar, Rodolfo López et Roberto González
Genre : hommes
AU 67/13, AMR 34/003/2013, 19 mars 2013

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?