Syrie

© Amnesty International
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Les parties au conflit armé ont commis des violations graves du droit international humanitaire, dont des crimes de guerre, et d'autres atteintes aux droits humains en toute impunité. Les forces gouvernementales et leurs alliés, parmi lesquels se trouvait la Russie, ont mené des attaques aveugles et des attaques visant directement des civils et des biens à caractère civil, procédant à des frappes aériennes et à des tirs d’artillerie qui ont fait des milliers de morts et de blessés. Ils ont notamment utilisé des agents chimiques et d’autres armes interdites par le droit international. L’armée syrienne a soumis des zones densément peuplées à de longs sièges, empêchant des milliers de civils de recevoir l’aide humanitaire et médicale nécessaire. Le régime syrien et des gouvernements étrangers ont négocié des accords locaux qui ont entraîné le déplacement forcé de plusieurs milliers de civils après des sièges prolongés et des attaques illégales. Les forces de sécurité ont arrêté et maintenu en détention des dizaines de milliers de personnes, y compris des militants non violents, des travailleurs humanitaires, des avocats et des journalistes. Beaucoup parmi celles-ci ont été soumises à une disparition forcée, à la torture et à d’autres mauvais traitements. Ces pratiques ont entraîné des décès en détention. Des groupes d’opposition armés ont procédé à des tirs d’artillerie aveugles contre des zones habitées par des civils et assiégé d’autres zones majoritairement peuplées de civils pendant de longues périodes, limitant l’accès à l’aide humanitaire et médicale. Le groupe armé État islamique (EI) a tué et bombardé illégalement des civils, et en a utilisé certains comme boucliers humains. Les forces de la coalition emmenée par les États-Unis ont mené des attaques contre l’EI qui ont fait des victimes parmi les civils, parfois en violation du droit international humanitaire. À la fin de l’année, le conflit avait causé la mort de plus de 400 000 personnes et provoqué le déplacement de plus de 11 millions d’autres, à l’intérieur du pays et à l’étranger.

Lire la suite

Peine de mort :

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Tarek Wheibi

Attaché de presse Moyen-Orient et Afrique du Nord,+44 207 413 5511

Nos bureaux

Follow us on Twitter @AmnestySyria

Courriel

middleeast@amnesty.org

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts

Aidez-nous à retrouver les disparus de Syrie

Agissez

Signez notre péttion

Aidez-nous à retrouver les disparus de Syrie

Agir maintenant