Portrait de Magomed Alamov

Russie. Il faut enquêter sur les menaces de mort visant un avocat spécialiste des droits humains

Les autorités russes doivent enquêter sans délai sur les menaces de mort formulées à l’encontre de Magomed Alamov, avocat spécialiste des droits humains, et de sa famille, et leur fournir une protection efficace, a déclaré Amnesty International.

Le 23 octobre, Magomed Alamov, qui travaille pour l’organisation non gouvernementale Crew Against Torture (Collectif contre la torture), qui vient en aide aux victimes de violence domestique dans le Caucase du Nord, a été menacé par les proches d’une jeune femme qui s’était enfuie de chez elle, en Ingouchie, avec l’aide de l’association.

Dans un enregistrement audio diffusé par des défenseurs locaux des droits humains, on peut entendre Magomed Alamov parler au téléphone à la jeune femme depuis le domicile de celle-ci. On l’entend dire : « Je suis chez vous, encerclé par vos proches. Ma vie et celle de ma famille sont menacées. Ils ont posé une condition : ils vous donnent une semaine pour rentrer. Si vous ne le faites pas, ils me tueront. » Les collègues de Magomed Alamov ont tout de suite contacté les forces de l’ordre, mais au moment où nous rédigeons ce document, aucune mesure n’a été prise. Magomed Alamov a pu quitter la maison sans encombre, mais il craint que sa famille et lui-même ne soient toujours en danger.

« L’inaction des autorités dans une situation où la vie d’un avocat spécialiste des droits humains est en danger en raison de son travail est tout simplement inacceptable, a déclaré Natalia Priloutskaïa, chercheuse sur la Russie à Amnesty International.

L’inaction des autorités dans une situation où la vie d’un avocat spécialiste des droits humains est en danger en raison de son travail est tout simplement inacceptable

Natalia Priloutskaïa, chercheuse sur la Russie à Amnesty International

« Les autorités doivent agir d’urgence afin de protéger efficacement Magomed Alamov et sa famille et mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie, indépendante et impartiale sur les menaces dont ils sont la cible, en vue d’identifier les responsables.

« Le cas de Magomed Alamov met en évidence une réalité affligeante : les autorités russes n’agissent pas face à l’augmentation des cas de violence domestique signalés dans le pays, y compris dans le Caucase du Nord, où le nombre croissant d’allégations dresse un sombre tableau de la violence domestique perpétrée en particulier à l’encontre des jeunes femmes qui tentent de se forger une vie indépendante loin de leur famille ou de se séparer de leur conjoint. Beaucoup sont gardées de force au sein de leur famille ou renvoyées de force au domicile de leur famille ou de leur partenaire lorsqu’elles parviennent à s’enfuir. Hélas, ces violations des droits humains perdurent avec la complicité d’agents des forces de l’ordre, pourtant censés combattre de telles injustices. »

D’après Crew Against Torture (Collectif contre la torture), les menaces visant Magomed Alamov émanaient de proches d’une jeune femme occupant des postes de haut rang en Ingouchie.