Google. Jour sombre pour la liberté d’Internet si le géant des technologies se plie à l’extrême censure de la Chine

Ce serait un jour noir pour la liberté du Web si Google se soumettait aux règles extrêmes de la censure chinoise pour accéder à un marché.
Patrick Poon, chercheur sur la Chine à Amnesty Internationa

En réaction à un article de The Intercept selon lequel Google serait en train de développer une application de moteur de recherche qui se conformerait aux règles strictes de censure chinoise afin de revenir sur le marché de la recherche sur Internet dans le pays, Patrick Poon, chercheur sur la Chine à Amnesty International, a déclaré :

« Ce serait un jour noir pour la liberté du Web si Google se soumettait aux règles extrêmes de la censure chinoise pour accéder à un marché. On peut difficilement voir comment une telle décision est compatible avec la devise de Google “Do the right thing” (faites ce qui est juste), et nous appelons l’entreprise à changer de cap.

« L’adoption par le plus gros moteur de recherche du monde de mesures aussi extrêmes constituerait une attaque flagrante contre la liberté d’information et la liberté d’Internet. En faisant passer ses profits avant les droits humains, Google créerait un terrible précédent et offrirait une victoire au gouvernement chinois.

« Cela soulève également de vives interrogations sur le type de protections mises en place par Google pour protéger la vie privée de ses utilisateurs. Est-ce que Google risquerait de se soumettre et de remettre des données personnelles si les autorités chinoises le demandaient ? »