Turquie. Un correspondant de Die Welt dernière victime en date de la purge des médias

En réaction à la décision de la justice turque lundi 27 février de placer en détention provisoire Deniz Yücel, journaliste germano-turc correspondant du quotidien allemand Die Welt, dans l'attente de son procès pour propagande et incitation à la haine, John Dalhuisen, directeur pour l'Europe et l'Asie centrale à Amnesty International, a déclaré :

« La détention de Deniz Yücel, ressortissant germano-turc, marque un nouveau chapitre de la répression des autorités turques vis-à-vis de la liberté d'expression. Non content de purger les médias turcs de toute dissidence, les autorités intensifient désormais leurs attaques contre les médias étrangers qui font des reportages dans le pays. 

« Deniz Yücel a déjà passé 13 jours en détention policière. Il rejoint désormais les rangs des 120 journalistes et travailleurs des médias, au moins, qui sont incarcérés en Turquie dans l'attente de leur procès depuis la tentative de coup d'État en juillet 2016 qui a déclenché la répression du gouvernement. La Turquie détient le triste record du nombre de journalistes incarcérés et les médias libres dans le pays sont à l'agonie.

« Nous demandons aux autorités turques de libérer immédiatement et sans condition Deniz Yücel et tous les autres journalistes maintenus en détention provisoire, et de mettre un terme à leur offensive contre la liberté d'expression et les voix dissidentes. Le journalisme n'est pas un crime – le black-out sur les médias en Turquie doit prendre fin. »