• Nouvelles

Le mouvement mondial vote l’adoption d’une ligne de conduite relative à la protection des droits fondamentaux des travailleurs et des travailleuses du sexe

Le forum mondial de prise de décision dAmnesty International, le Conseil international (CI), a émis, aujourdhui à Dublin, un vote crucial en faveur de la protection des droits fondamentaux des travailleurs et des travailleuses du sexe. Des délégués du monde entier ont adopté une résolution autorisant le Bureau exécutif international à élaborer et à adopter une ligne de conduite sur cette question.

« Les travailleurs et travailleuses du sexe constituent lun des groupes de personnes les plus marginalisés au monde et sont, dans la plupart des cas, constamment confrontés au risque de subir des discriminations, des violences et des atteintes à leurs droits fondamentaux. Notre mouvement mondial a ouvert la voie à ladoption dune ligne de conduite relative à la protection des droits humains des travailleurs et des travailleuses du sexe, laquelle aidera Amnesty International à structurer son travail à venir sur cette question importante », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général dAmnesty International.

Les travailleurs et travailleuses du sexe constituent l’un des groupes de personnes les plus marginalisés au monde et sont, dans la plupart des cas, constamment confrontés au risque de subir des discriminations, des violences et des atteintes à leurs droits fondamentaux.
Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International

La résolution recommande à Amnesty International délaborer une ligne de conduite en faveur de la dépénalisation totale de tous les aspects du travail du sexe lorsquil est consenti. Par cette ligne de conduite il sera également demandé aux États de veiller à ce que les travailleurs et travailleuses du sexe jouissent dune protection juridique pleine et entière contre lexploitation, la traite et la violence, qui soit identique à la protection dont jouissent les autres personnes.

« Nous reconnaissons que cette importante question de droits humains est extrêmement complexe, et cest pourquoi nous lavons abordée sous langle des normes internationales relatives aux droits humains. Nous avons aussi consulté notre mouvement mondial pour recueillir différents points de vue à travers le monde », a dit Salil Shetty.

Les travaux de recherche et de consultation menés ces deux dernières années pour élaborer cette ligne de conduite ont permis de conclure que ceci constituait le meilleur moyen de défendre les droits fondamentaux des travailleurs et des travailleuses du sexe et de réduire le risque que ces personnes ne subissent des mauvais traitements et des atteintes à ces droits.

Au nombre des atteintes aux droits humains auxquelles les travailleurs et les travailleuses du sexe peuvent être exposés figurent les violences physiques et sexuelles, les arrestations et détentions arbitraires, lextorsion, le harcèlement, la traite, le dépistage forcé du VIH et les interventions médicales forcées. Ces personnes peuvent également être exclues des services de santé et daide au logement et dautres systèmes de protection sociale ou juridique.

Cette ligne de conduite sappuie sur de nombreux éléments provenant de sources variées, notamment des organismes des Nations unies comme lOrganisation mondiale de la santé, ONUSIDA, ONU Femmes et le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la santé. Nous avons également mené des recherches dans quatre pays.  

Ont notamment été consultés : des groupes de travailleurs et travailleuses du sexe, des groupes représentant des victimes de la prostitution, des organisations abolitionnistes, des représentants dorganisations féministes et des droits des femmes en général, des militants LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués), des organismes de lutte contre la traite et des personnes militant sur les questions du VIH/sida.

Amnesty International considère que la traite des êtres humains est une pratique odieuse quelles quen soient les formes, y compris lexploitation sexuelle, et quelle devrait être considérée par le droit international comme une infraction pénale. Cette position est rendue explicite dans cette nouvelle ligne de conduite et dans lensemble du travail dAmnesty International.

« Cest un jour historique pour Amnesty International. Il na pas été facile darriver à cette décision et il a fallu du temps. Cest pourquoi nous remercions nos membres du monde entier, ainsi que les très nombreux groupes que nous avons consultés, de leur importante contribution à ce débat. Ils nous ont aidés à parvenir à une décision importante qui structurera lévolution de notre travail dans ce domaine des droits humains », a déclaré Salil Shetty.