République centrafricaine. Une fillette a été retrouvée au milieu de cadavres après un massacre dans un village

 

Une fillette musulmane âgée de 11 ans a été retrouvée dans un village à l’ouest de Bangui, seule, entourée de cadavres et sans rien à manger ni à boire depuis un massacre ayant eu lieu quatre jours auparavant. Traumatisée, elle se cachait depuis que ses parents et ses voisins avaient été froidement assassinés. Non loin de là, des chiens dévoraient des corps. Ceux des 20 villageois ou plus qui gisaient dans les rues. L’équipe d’Amnesty International a trouvé la petite fille dans le village de Bouguere, à l’ouest de la capitale, Bangui. La fillette a été conduite dans un lieu sûr. « Elle était accroupie dans un coin, dans une maison abandonnée et dévastée. Elle était terrorisée et pouvait à peine parler. Elle se cachait là depuis le massacre ayant eu lieu dans son village il y a quatre jours », a déclaré Donatella Rovera, spécialiste des situations de crise à Amnesty International. « N’ayant rien mangé ni bu pendant tout ce temps-là, elle était trop faible pour se tenir debout. C’était la seule musulmane encore présente dans village, tous les autres ayant fui ou ayant été tués. » « La scène dont nous avons été témoins dans le village de Bouguere est représentative des horreurs dont sont victimes des dizaines de milliers de musulmans en République centrafricaine. » « Si la communauté internationale veut réellement que ces massacres cessent, elle doit faire le nécessaire pour que les forces de maintien de la paix soient déployées là où elles sont le plus nécessaires. Ces forces doivent en outre disposer de moyens suffisants pour mener à bien leur mandat de protection des civils. »

Enregistrement audio, Donatella Rovera

.