• Nouvelles

Des Roms sont chassés de là où ils vivaient à Milan

Les Roms vivant sous le pont Bacula dans le nord de Milan, en Italie, ont été expulsés de force mardi 31 mars par les autorités locales. Selon un journal local, 70 des 150 Roms environ vivant là ont été chassés sans qu'il ne leur soit proposé de logement de remplacement. Certaines familles avaient déjà été relogées dans des bâtiments privés. Une famille a accepté d'être hébergée temporairement dans un foyer de la ville. Les personnes qui vivaient là ne semblent pas avoir été du tout consultées au sujet des expulsions envisagées, et rien n'a été fait, semble-t-il, pour trouver avec elles des solutions de remplacement viables. Il semble que les autorités n'aient préparé aucun plan de relogement adapté, ni discuté à ce sujet avec les personnes susceptibles d'être affectées. Dans les cas précédents, la municipalité avait généralement proposé une solution d'accueil à court terme (pour quelques semaines ou quelques mois), uniquement aux femmes et aux enfants en bas âge, dans les foyers de la ville destinés aux personnes sans abri. Il semble que cette fois-ci, pour certaines personnes, même cette offre n'ait pas été faite. Avant d'être expulsées, ces personnes vivaient dans des tentes et des abris de fortune sous le pont de Bacula, sans eau courante, ni système d'évacuation des eaux usées, ni électricité. En l'absence de logement de remplacement, ces familles vont devoir s'installer dans un autre camp improvisé si elles ne veulent pas se retrouver sans abri. La plupart des Roms vivant sous le pont de Bacula avaient déjà subi au moins une expulsion forcée. En avril 2008, environ 110 d'entre eux ont, semble-t-il, été expulsés de force d'un autre campement établi sans autorisation dans la ville, rue Bovisasca. Parmi ces 110 personnes, au moins 100 avaient aussi, semble-t-il, été expulsées de force en octobre 2007 du campement sous le pont de Bacula. Plusieurs des expulsions forcées précédentes avaient donné lieu à la destruction de biens tels que abris, vêtements, matelas et, parfois, médicaments et documents.