• Nouvelles

Manifestations perturbées à Cuba

Le 17 mars, les autorités cubaines ont pris des mesures afin d'entraver le déroulement de manifestations pacifiques commémorant le 6e anniversaire d'une vague de répression visant des dissidents. Plusieurs membres des Femmes en blanc ont ainsi été empêchées de se rendre à La Havane où elles devaient participer à des activités en relation avec de cet anniversaire. Certaines n'ont pu sortir de chez elles et l'une d'entre elles a été forcée à descendre d'un bus à destination de La Havane, puis reconduite chez elle. « Les autorités cubaines doivent mettre un terme aux manœuvres de harcèlement incessantes visant des militants essayant d'exercer pacifiquement leur droit à la liberté d'expression et d'association », a déclaré Gerardo Ducos, responsable des recherches sur Cuba à Amnesty International. Deux membres des Femmes en blanc avaient précédemment été placées en détention pendant plusieurs heures le 8 mars, et plusieurs autres empêchées de quitter leur domicile, manœuvres semblant avoir pour but de leur interdire de participer à des manifestations de célébration de la Journée internationale de la femme. Les Femmes en blanc est un groupe non reconnu par les autorités, constitué de femmes dont des proches ont été incarcérés lors de la vague de répression de mars 2003. Les autorités cubaines ont alors arrêté 75 hommes et femmes qui n'avaient fait qu'exprimer pacifiquement une opinion critique vis-à-vis du gouvernement en 2003. Ces personnes ont fait l'objet de procès sommaires et ont été condamnées à de longues peines d'emprisonnement allant jusqu'à vingt-huit années. Amnesty International a déclaré les considérer comme des prisonniers d'opinion. Cinquante-quatre d'entre elles sont toujours derrière les barreaux. Les Femmes en blanc organisent des défilés pacifiques au cours desquels elles distribuent des fleurs et demandent la libération de leurs proches qui demeurent emprisonnés. En 2005, cette organisation s'est vu remettre le prix Sakharov de la liberté de pensée par le Parlement européen. Les cinq déléguées nommées par le groupe pour aller chercher cette récompense à Strasbourg n'ont pas pu se rendre sur place car les autorités cubaines ne leur ont pas délivré les documents de voyage nécessaires.