Myanmar. Lettre de Phyoe Phyoe Aung

Message de remerciement personnel de la part de l’étudiante militante du Myanmar libérée cette année à la suite de la campagne Écrire pour les droits 2015 d’Amnesty.

Chères amies, chers amis,

Je m’appelle Phyoe Phyoe Aung. Vous êtes nombreux à vous être mobilisés pour demander ma libération et à m’avoir envoyé des lettres de soutien durant mon incarcération. Depuis que j’ai été libérée, je tenais à vous répondre à tous et je m’excuse de ne le faire que maintenant.

En tant que fille d’un ancien prisonnier politique, je connais très bien le nom d’Amnesty International. Dès mon plus jeune âge, j’avais entendu parler de vos campagnes pour libérer les prisonniers d’opinion, notamment Aung San Suu Kyi.

Cartes postales et dessins solidaires envoyés à Phyoe Phyoe Aung. © Amnesty International Autriche

En 2015, je suis moi-même devenue une prisonnière d’opinion adoptée par Amnesty International. J’ai par la suite reçu énormément de cartes postales, de cartes faites à la main avec des dessins d’animaux adorables et des messages chaleureux, des lettres d’encouragement et de magnifiques poèmes venant de personnes du monde entier. Je continue à recevoir vos lettres par le biais d’Amnesty, ainsi que par d’autres organisations de défense des prisonniers politiques. Je compte rassembler certains de ces courriers pour créer une archive de l’histoire des prisonniers politiques.

Je suis très reconnaissante envers Amnesty et toutes les personnes qui ont participé à la campagne demandant ma libération. Les mouvements internationaux comme Amnesty d’une part font pression sur les gouvernements pour obtenir la liberté physique des personnes emprisonnées, d’autre part lancent des campagnes de solidarité qui représentent un soutien moral non négligeable.

Ces organisations n’oublient jamais les personnes qui subissent des injustices dans leur combat pour la démocratie et les droits humains. Nous devons être forts et nous souvenir de l’importance de lutter tous ensemble.

Je tiens à remercier du fond du cœur chacune et chacun d’entre vous, pas juste pour vos efforts en faveur de ma libération et de celle des autres prisonniers, mais aussi pour nous avoir permis de garder espoir et foi en nos opinions. J’espère qu’ensemble nous continuerons de lutter jusqu’à ce que notre rêve commun de droits humains et de justice pour tous soit une réalité.

Cordialement,

Phyoe Phyoe Aung

J'espère qu'ensemble nous continuerons de lutter jusqu'à ce que notre rêve commun de droits humains et de justice pour tous soit une réalité.
Phyoe Phyoe Aung