La Bosnie-Herzégovine doit autoriser les personnes à communiquer avec le Comité des disparitions forcées

Par Amnesty International, , N° d'index: EUR 63/008/2012

Malgré la ratification de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées (la Convention), qui est une avancée positive, les autorités de Bosnie-Herzégovine (BiH) n'ont pas reconnu la compétence cruciale du Comité des disparitions forcées pour recevoir et examiner les communications émanant de personnes où d'États.

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?