• Campagnes

Mexique. Une défenseure des droits humains menacée. Blanca Mesina Navarez

, N° d'index: AMR 41/041/2010

La défenseure des droits humains Blanca Mesina Navarez a reçu de nouvelles menaces liées à ses recherches sur des cas de torture à Tijuana, dans le nord du Mexique. Elle ne reçoit aucune protection de la part des autorités et sa vie pourrait être en danger.

Action complémentaire sur l'AU 46/10, AMR 41/041/2010 Mexique 24 mai 2010
ACTION URGENTE
MEXIQUE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS MENACÉE
La défenseure des droits humains Blanca Mesina Navarez a reçu de nouvelles menaces liées à
ses recherches sur des cas de torture à Tijuana, dans le nord du Mexique. Elle ne reçoit aucune
protection de la part des autorités et sa vie pourrait être en danger.
Le 18 mai, Blanca Mesina Navarez traversait Tijuana au volant de sa voiture lorsqu'un pick-up noir aux vitres
teintées et sans plaque d'immatriculation a tenté à plusieurs reprises de la pousser hors de la route. Elle a essayé de
s'échapper en se réfugiant sur un parking. L'autre véhicule l'a suivie et un homme en noir en est descendu. Il s'est
approché d'elle et l'a menacée : « C'est la dernière fois que je te préviens : arrête de déposer des plaintes à Tijuana,
il y a beaucoup de contacts et je ne crois pas que tu veuilles perdre un de tes proches. Si je ne te tue pas tout de
suite, c'est pour éviter un scandale au moment des élections et parce que ton cas est déjà connu au niveau
international ». L'homme est ensuite reparti.
Les autorités avaient mis en place des mesures de protection en faveur de Blanca Mesina Navarez à la suite de la
menace de mort qu'elle a reçue en février. Ces mesures ont cependant pris fin récemment sans explication. Blanca
Mesina Navarez a porté plainte auprès du procureur général concernant la menace du 18 mai. À la connaissance
d'Amnesty International, il n'y a pas eu de nouvelle menace contre de Silvia Vazquez Camancho. Ces deux femmes
militent pour obtenir justice au nom du père de Blanca Mesina Navarez, Miguel Angel Mesina Lopez, torturé et tué
par l'armée à Tijuana en mars 2009.
DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS
CI-APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :
insistez pour que Blanca Mesina Navarez et sa famille obtiennent immédiatement toutes les mesures de
protection nécessaires, conformément à leurs souhaits, à la suite de la menace de mort proférée contre cette femme
le 18 mai ;
priez les autorités d'enquêter sur ces menaces, d'en rendre publiques les conclusions et de déférer à la justice
les responsables présus ;
rappelez-leur qu'elles ont l'obligation de veiller à ce que les fenseurs des droits humains puissent mener leurs
activités légitimes sans craindre de représailles.
ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 05 JUILLET 2010 À :
Ministre de l'Intérieur :
Lic. Fernando Francisco Gómez-Mont
Urueta
Secretario de Gobernación
Bucareli 99, 1er. piso, Col. Juárez,
Delegación Cuauhtémoc, México D.F.,
06600, Mexique
Fax : +52 55 5093 3414
Formule d'appel : Señor Ministro, /
Monsieur le Ministre,
Gouverneur de l'État de la Basse-
Californie :
Lic. José Guadalupe Osuna Millan
Gobernador del Estado de Baja
California
Edificio del Poder Ejecutivo 3er Piso,
Calzada Independencia No. 994,
Mexicali B.C. CP 21000, Mexique.
Fax : (686) 558-1178
Courriel :gobernador@baja.gob.mx
Formule d'appel : Sr Gobernador, /
Monsieur le Gouverneur,
Procureur général de la République :
Arturo Chávez Chávez
Procurador General de la República
Procuraduría General de la República
Av. Paseo de la Reforma nº 211-213,
Col. Cuauhtémoc, Del. Cuauhtémoc
México D.F., C.P. 06500, Mexique
Fax : +52 55 5346 0908
Courriel : ofproc@pgr.gob.mx
Formule d'appel : Señor Procurador
General, / Monsieur le Procureur
général,
Copies : Commission mexicaine de défense et de promotion des droits humains (Comisión Mexicana de Defensa y Promoción de
los Derechos Humanos, Tehuantepec 142, Col. Roma Sur, 06760 México, DF (info@cmdpdh.org )
ainsi qu'aux représentants diplomatiques du Mexique dans votre pays. Vérifiez auprès de votre section s'il faut encore intervenir après la date
indiquée ci-dessus. Merci. Ceci est la première mise à jour de l'AU 46/10 (AMR 41/016/2010). Pour plus d'informations :
www.amnesty.org/fr/library/info/AMR41/016/2010/fr.
24 mai 2010
ACTION URGENTE
MEXIQUE. UNE DÉFENSEURE DES DROITS HUMAINS MENACÉE
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Miguel Angel Mesina López est l'un des 25 policiers qui ont été détenus et torturés par l'armée à Tijuana, dans l'État de la
Basse-Californie, en mars 2009. Blanca Mesina a œuvré aux côtés de l'avocate spécialiste des droits humains Silvia Vázquez
Camacho et de la Commission mexicaine de défense et de promotion des droits humains (CMDPDH) afin de réclamer justice au
nom de son père. Elle s'est notamment présentée devant la Commission interaméricaine des droits de l'homme en octobre 2009.
Au Mexique, des défenseurs des droits humains sont menacés, agressés, poursuivis pour des motifs politiques et emprisonnés
pour avoir mené des mouvements de protestation ou prôné le respect des droits fondamentaux. Le gouvernement a accepté de
prendre des mesures afin d'assurer la sécurité des défenseurs des droits humains qui sont en danger mais n'a pas encore mis en
place de mécanisme permettant de protéger ces personnes, en toutes circonstances, de manière efficace et crédible. Ainsi, les
responsables présumés de menaces ou d'agressions sont rarement poursuivis à l'issue des enquêtes dont ils ont fait l'objet. Dans
ces affaires, l'impunité est la règle, ce qui laisse la porte ouverte à de nouvelles attaques.
En novembre 2009, Amnesty International avait publié un rapport intitulé Mexico: New reports of human rights violations by the
military (index AI : AMR 41/058/2009), qui rassemblait des informations concernant plusieurs cas de détention arbitraire sur la
base militaire de Tijuana (État de la Basse-Californie) et les démarches entreprises par les victimes, leurs proches et des
défenseurs des droits humains pour porter plainte. Ces affaires donnent généralement lieu à des enquêtes et des procès au sein
du système judiciaire militaire ; l'impartialité et l'indépendance des investigations ne sont donc pas garanties et l'immense
majorité des auteurs demeurent impunis.
Action complémentaire sur l'AU 46/10, AMR 41/041/2010, 24 mai 2010

Dans quelle langue voulez-vous lire le rapport ?