Bangladesh
© Amnesty International
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

Les journalistes étaient de plus en plus souvent victimes de persécutions lorsqu’ils traitaient de la corruption ou critiquaient les politiques publiques de lutte contre le COVID-19. La Loi de 2018 sur la sécurité numérique, aux dispositions draconiennes, a été largement appliquée pour limiter la liberté d’expression. La police et d’autres organes responsables de l’application des lois ont cette année encore procédé à des exécutions extrajudiciaires. Les violences contre les femmes ont augmenté pendant la pandémie de COVID-19. La mise en œuvre de l’Accord sur les Chittagong Hill Tracts restait au point mort et les militant·e·s autochtones ont dû faire face à une intensification de la répression. Le droit de toute personne aux soins de santé n’a pas été suffisamment protégé ni mis en œuvre pendant la pandémie. Le Bangladesh accueillait toujours près d’un million de réfugié·e·s rohingyas originaires du Myanmar, peu de choses ayant été faites pour leur permettre de rentrer chez eux en toute sécurité et dans la dignité.

Lire la suite

Peine de mort :

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Nos bureaux

Amnesty International South Asia 23/2 Horton Place, Colombo 7, Sri Lanka

Téléphone

+94 72 737 5467

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts