© David Ramos / Getty Images

Qatar. En menaçant de sanctions les joueurs, la FIFA tourne le dos aux droits humains et à l’égalité

En réaction aux menaces de la FIFA qui a annoncé vouloir imposer des sanctions contre les joueurs qui prévoyaient de porter le brassard « One Love » en soutient à la communauté LGBTI, Steve Cockburn, directeur du programme Justice économique et sociale d’Amnesty International a déclaré :

« Les menaces de dernière minute visant à sanctionner les joueurs qui porteraient des messages de soutien aux droits humains et à l’égalité ne sont que le dernier exemple en date de l’incapacité de la FIFA à respecter pleinement ses propres valeurs et responsabilités. Le sport ne se déroule pas dans un vase clos, et ce sont des questions sur lesquelles la FIFA devrait montrer la voie, au lieu de les réprimer.

Des accords sur les brassards et de meilleures protections pour les communautés LGBTI auraient déjà dû être mis en place il y a bien longtemps.

« Nous saluons le courage des équipes et des joueurs qui ont défendu les droits humains, et nous espérons qu’ils continueront à le faire. Les fans, les joueurs et les fédérations veulent s’assurer que le football puisse être un moyen de promouvoir les droits humains, et la FIFA doit tenir compte de ces demandes rapidement. Il faut non seulement encourager les messages qui promeuvent l’égalité, mais également prendre des mesures proactives pour garantir la protection des personnes LGBTI.

« Et n’oublions pas les travailleuses et travailleurs migrants qui ont permis à cette compétition d’avoir lieu. Ces personnes doivent être indemnisées pleinement pour les terribles violations qu’elles ont subies. »