Arabie saoudite. Il faut libérer Loujain al Hathloul sans condition

En réaction aux informations selon lesquelles la défenseure des droits humains Loujain al Hathloul va être jugée en Arabie saoudite le 25 novembre 2020, Lynn Maalouf, directrice adjointe du programme régional Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« La seule issue équitable de ce procès serait la libération immédiate et inconditionnelle de Loujain al Hathloul. Ce n’est pas une criminelle, mais une défenseure des droits humains sanctionnée uniquement pour avoir osé prôner le changement.

La seule issue équitable de ce procès serait la libération immédiate et inconditionnelle de Loujain al Hathloul. Ce n’est pas une criminelle, mais une défenseure des droits humains sanctionnée uniquement pour avoir osé prôner le changement.
Lynn Maalouf, directrice adjointe du programme régional Afrique du Nord et Moyen-Orient à Amnesty International

« Loujain al Hathloul observe une grève de la faim depuis le 26 octobre, pour protester contre le refus des autorités de la laisser communiquer régulièrement avec sa famille. Détenue au secret, elle est privée de la possibilité de consulter un avocat, sans parler du fait qu’elle n’a été prévenue de la date de l’audience que la veille, ce qui ne laisse guère le temps de préparer correctement une défense. En outre, à la lumière des témoignages de militantes des droits des femmes dénonçant des tortures ou des mauvais traitements en détention, nous sommes très sceptiques quant à la recevabilité des éléments de preuve qui pourraient être présentés au tribunal demain.

« Nous demandons une nouvelle fois la libération immédiate et inconditionnelle de Loujain al Hathloul et l’abandon de toutes les accusations retenues contre elle. Dans l’intervalle, nous invitons les autorités saoudiennes à autoriser les diplomates et les journalistes à assister à son procès, que ce soit physiquement ou virtuellement, à veiller à ce qu’elle bénéficie de soins dispensés par le médecin de son choix et à lui permettre de consulter dûment son avocat et de communiquer avec sa famille. »