ONU/Tokyo. De flagrantes violations du traité jettent une ombre sur la conférence sur le contrôle des armes

De nombreux gouvernements continuent d'alimenter des conflits partout dans le monde et de violer les dispositions du Traité sur le commerce des armes (TCA) en fournissant des armes à des auteurs connus de violations des droits humains, a déclaré Amnesty International le 20 août. Les délégués des États concernés se réunissent cette semaine pour la quatrième conférence annuelle des États parties au TCA.

« En début d'année, l'armée israélienne, qui reçoit d’abondantes cargaisons d'armes fournies par les États-Unis et des États de l'Union européenne, a abattu au moins 140 manifestants palestiniens et en a blessé des milliers d'autres à Gaza. Parallèlement à cela, la coalition menée par l'Arabie saoudite, qui bénéficie du soutien du Royaume-Uni, de la France, des États-Unis et d'autres pays encore, continue d'infliger de terribles souffrances à la population civile yéménite, a déclaré Patrick Wilcken, chargé de recherche sur le contrôle des armes et les droits humains à Amnesty International.

Les États qui continuent de fournir des armes à l'Arabie saoudite et à Israël enfreignent donc ces règles de façon flagrante.
Patrick Wilcken, chargé de recherche sur le contrôle des armes et les droits humains à Amnesty International

« Le Traité sur le commerce des armes prévoit clairement que les exportations d'armes sont interdites quand elles risquent réellement de contribuer à des violations des droits humains. Les États qui continuent de fournir des armes à l'Arabie saoudite et à Israël enfreignent donc ces règles de façon flagrante. »

Le TCA est entré en vigueur en 2014 à l'issue de nombreuses années de travail de campagne mené par Amnesty International et d'autres ONG. Il interdit les transferts entre États d'armes, de munitions et d'articles connexes quand l'on sait qu'ils risquent d'être utilisés pour commettre des crimes de guerre, ou en cas de risque prépondérant d'utilisation contribuant à la commission de violations graves des droits humains.

Des transferts qui alimentent des conflits à travers le monde

Le fait que le Royaume-Uni, la France, les États-Unis et d'autres pays ont refusé de suspendre leurs transferts d'armes vers l'Arabie saoudite, malgré les innombrables suspicions de crimes de guerre commis par la coalition qu'elle dirige au Yémen, est devenu un cas emblématique de commerce irresponsable d'armes. Des progrès ont cependant été réalisés ces dernières années, un nombre croissant d'États reconnaissant que le fait d'armer la coalition dirigée par l'Arabie saoudite risque de les impliquer dans des crimes de guerre.

Des militants, des journalistes et des représentants politiques de pays tels que l'Allemagne, la Belgique, la Finlande et la Grèce ont commencé à contester les transferts d'armes à destination de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Dans certains cas, des États ont cessé de procéder à des transferts vers l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et d'autres membres de cette coalition en raison de leurs agissements au Yémen.

En avril et en mai de cette année, Amnesty International a renouvelé son appel en faveur d'un embargo sur les armes à destination d'Israël après que des soldats israéliens eurent abattu au moins 140 manifestants palestiniens qui ne représentaient aucune menace imminente pour la vie, près de la barrière séparant la bande de Gaza et Israël. Les États-Unis sont de loin le principal fournisseur d'armes d'Israël, mais de nombreux autres États parties au TCA, notamment l'Allemagne, la France, l'Italie, la Bulgarie, la République tchèque et la Corée du Sud, continuent de fournir à Israël des armes et des munitions.

Malgré ces cas concrets et bien documentés, lors des dernières conférences, les États se sont nettement abstenus de discuter de ces graves problèmes. Outre les cas de suspicion de violation du traité, Amnesty International a dénoncé un manque persistant et préoccupant de transparence. Moins de la moitié des rapports annuels attendus portant sur les importations et exportations pour l'année 2017 ont été remis avant la date butoir du 31 mai. Deux États parties ont choisi de maintenir la confidentialité pour leur rapport, et plusieurs autres se sont abstenus de donner certaines informations pour des raisons commerciales ou de sécurité nationale.

Ce traité peut permettre de sauver d'innombrables vies, mais seulement si les États respectent leurs obligations.
Patrick Wilcken, Amnesty International

« Les États ont fait preuve d'un manque massif de volonté politique quant à la nécessité de régler les problèmes de respect des dispositions du traité et de garantir l'obligation de rendre des comptes concernant le non-respect des règles pour les rapports, lors des dernières conférences, au cours desquelles ils ont eu tendance à se pencher sur des problèmes administratifs, a déclaré Patrick Wilcken.

« Le Traité sur le commerce des armes a été adopté en vue de réduire les souffrances humaines et d'améliorer la transparence en ce qui concerne le commerce mondial des armes, mais de nombreux États continuent de privilégier les relations politiques et commerciales lucratives au détriment de ces objectifs. Ce traité peut permettre de sauver d'innombrables vies, mais seulement si les États respectent leurs obligations. »

En amont de la réunion qui se tient à Tokyo, Amnesty International a attiré l'attention sur trois autres violations possibles du traité :

Les chercheurs d'Amnesty International ont récemment remonté la piste de fusils utilisés par des soldats camerounais pour exécuter de façon extrajudiciaire des civils dans la ville d'Achigachia, qui a conduit à une usine située en Serbie. L'organisation a également examiné du matériel visuel montrant un fusil Zastava M21 entre les mains de séparatistes armés qui ont mené de violentes attaques dans des régions anglophones du Cameroun. D'après les données des Nations unies et les rapports annuels liés au Traité sur le commerce des armes, la Serbie a fourni un nombre considérable d'armes de petit calibre au Cameroun au cours de la dernière décennie. Ce n'est pas la première fois que des informations sont réunies sur des atteintes aux droits humains commises par les forces camerounaises au moyen d'armes de petit calibre serbes. Amnesty International demande à la Serbie et à tous les autres États de suspendre la fourniture d'autres armes.

Amnesty International a également rassemblé des informations sur le recours excessif à la force et sur des exécutions extrajudiciaires dont se sont rendues responsables les autorités au Nicaragua dans le cadre de la répression des manifestations qui ont débuté en avril. Plus de 300 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations, la grande majorité de ces homicides ayant été commis par la police et par des groupes armés alliés au gouvernement. Selon la base de données Comtrade de l'ONU, au cours des quatre dernières années, le Nicaragua a importé des armes de petit calibre, des pièces connexes et des munitions principalement depuis les États-Unis, le Brésil et le Mexique, dans cet ordre.

Aux Philippines, le président Duterte poursuit sa violente campagne de répression des prétendus délinquants liés au trafic de stupéfiants, qui a causé la mort de plusieurs milliers de personnes. Les armes les plus généralement utilisées pour commettre ces homicides sont des armes de petit calibre, en particulier des pistolets et des révolvers. Plusieurs pays ont exporté des armes de petit calibre vers les Philippines, notamment l'Afrique du Sud, la Bulgarie, la Corée du Sud, l'Inde et Israël. La Chine et la Russie ont également proposé de fournir des armes de petit calibre aux Philippines.