Chypre. Les partisans du mariage pour tous célèbrent une victoire remportée de haute lutte concernant les unions civiles

La reconnaissance par le Parlement chypriote du droit à l’union civile pour les couples homosexuels est un premier pas important vers l’éradication de la discrimination et vers la concrétisation de l’égalité devant le mariage pour les lesbiennes, gays, personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) à Chypre, a déclaré Amnesty International. 

Le vote de jeudi 26 novembre montre combien Chypre a avancé depuis la dépénalisation des relations homosexuelles en 1998. Il a été précédé d’un débat public qui a duré deux ans à la suite de promesses politiques de reconnaissance des unions civiles. 

« Les militants LGBTI de Chypre se battent depuis des années en faveur de cette première étape vers la reconnaissance juridique de leur vie de couple. Cette évolution positive s’est longtemps fait attendre, et il reste beaucoup à accomplir avant que le mariage pour tous ne soit consacré par le droit », a déclaré Eliza Goroya, chargée d’action sur la Grèce et Chypre à Amnesty International. 

Les militants LGBTI de Chypre se battent depuis des années en faveur de cette première étape vers la reconnaissance juridique de leur vie de couple. Cette évolution positive s’est longtemps fait attendre, et il reste beaucoup à accomplir avant que le mariage pour tous ne soit consacré par le droit.
Eliza Goroya, chargée d’action sur la Grèce et Chypre à Amnesty International

« C’est un progrès important, non seulement pour la communauté LGBTI, mais également pour chaque minorité marginalisée », a déclaré Costas Gabrielides, de l’organisation non gouvernementale Accept LGBT Cyprus.  

Si la nouvelle loi est une avancée considérable dans la bonne direction, Amnesty International constate qu’il y a encore fort à faire avant d’atteindre l’égalité devant le mariage à Chypre, afin de combattre les discriminations se fondant sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.  

Au-delà des inégalités qui subsistent concernant le mariage, l’organisation observe que les personnes LGBTI continuent à connaître des discriminations à Chypre. Cela se traduit notamment par l’absence de droits à l’adoption conjointe pour les couples de même sexe, la non reconnaissance des personnes transgenres et l’interdiction relative aux opérations chirurgicales de « normalisation » pour les personnes intersexuées.  

Nous devons désormais lutter en faveur du mariage pour tous et du droit à l’adoption, et aussi pour les plus vulnérables d’entre nous : les personnes transgenres qui ne sont pas reconnues pour ce qu’elles sont.
Alexandra, militante lesbienne

« La nouvelle loi signifie que plus de personnes se sentent davantage en sécurité, pas seulement les personnes LGBTI. Le message à retenir est que Chypre va de l’avant », a déclaré Alexandra, une militante lesbienne de 23 ans. « Nous devons désormais lutter en faveur du mariage pour tous et du droit à l’adoption, et aussi pour les plus vulnérables d’entre nous : les personnes transgenres qui ne sont pas reconnues pour ce qu’elles sont. »

La décision de Chypre devrait encourager les militants en faveur des droits humains et les personnes LGBTI en Grèce, où un projet de loi similaire, relatif aux unions civiles entre personnes du même sexe, devrait bientôt être soumis à un vote.  

La majorité des États européens soutiennent désormais le mariage pour tous ou les partenariats civils entre personnes du même sexe.