Mon smartphone est-il lié au travail des enfants ?

  • Campagnes
© Amnesty International et Afrewatch

Si vous franchissez les portes de n’importe quelle boutique de téléphonie haut de gamme, vous y trouverez tous les signes distinctifs de la technologique de luxe : surfaces lisses, lignes épurées, écrans impeccables.

Quel contraste saisissant avec les poussières toxiques quinhalent les enfants, lorsquils extraient le cobalt qui fait fonctionner les batteries indispensables à nos téléphones et autres appareils électroniques portables.

Ces enfants mineurs, âgés de sept ans pour les plus jeunes, vivent en République démocratique du Congo (RDC), en Afrique centrale. Étant donné que plus de la moitié du cobalt commercialisé dans le monde provient de la RDC, que 20 % est extrait par des mineurs artisanaux (ou non officiels), et que près de 40 000 enfants travaillent dans des mines de cobalt dans le sud de la RDC, il est fort probable que nos portables aient été fabriqués en recourant à la main dœuvre infantile.

Pourtant, les fabricants de téléphone – des marques internationales comme Apple et Samsung – refusent de nous dire si des enfants travaillent au sein de leurs chaînes dapprovisionnement en cobalt. Il est de leur responsabilité de vérifier leurs chaînes dapprovisionnement et dagir en cas de travail des enfants, afin de montrer lexemple à suivre au reste de lindustrie.

Nous sommes tous daccord pour dire que nos téléphones sont indispensables, mais nous ne pouvons pas pour autant tirer un trait sur les droits des hommes, des femmes et des enfants qui participent à leur fabrication.

Dany, mineur de cobalt de 15 ans en RDC
Il y a beaucoup de poussière, on attrape très facilement des rhumes et on a mal partout.
© Amnesty International et Afrewatch
Mathy, 9 ans, contrainte de travailler dans les mines, depuis que son père a perdu son emploi
Je mangeais seulement quand j’avais assez d’argent.

Les chiffres

+ de 50 %

du cobalt commercialisé dans le monde provient de la RDC

20 %

du cobalt extrait en RDC provient de mines artisanales

40 000

enfants travaillent dans les mines du sud de la RDC

© Amnesty International et Afrewatch

Les matériaux de votre téléphone ont-ils été extraits par des enfants ?

Regarder la vidéo
Des enfants trient des roches à la recherche de cobalt. © Amnesty International et Afrewatch
Des mineurs artisanaux montrent les poignées de minerai de cobalt (à gauche) et de cuivre (à droite) qu’ils ont récupéré dans les résidus miniers sur les sites d’extraction. © Amnesty International et Afrewatch

Les enfants dans les mines

LUNICEF estime que près de 40 000 garçons et filles travaillent en tant que mineurs artisanaux dans le sud de la RDC, pour la plupart à lextraction de cobalt. Certains mineurs artisanaux utilisent des burins et des outils manuels pour creuser des puits de plusieurs dizaines de mètres de profondeur, souvent sans aucune autorisation. Dautres trient les roches riches en minerai de cobalt à la surface. Nous avons rencontré un garçon qui était descendu dans les puits miniers, mais la plupart des enfants travaillent à la surface, tamisant les roches et les résidus miniers, à la recherche de morceaux de minerai quils trient, puis lavent.

Quils descendent dans les puits, qui ne sont pas consolidés et seffondrent facilement, ou trient et tamisent les résidus miniers, les dangers sont légion.

J’ai travaillé dans les mines parce que mes parents ne pouvaient pas payer de quoi me nourrir ni m’habiller. Papa est au chômage, et maman vend du charbon.
Arthur, 13 ans, mineur de 9 à 11 ans

De nombreux enfants avec lesquels nous nous sommes entretenus ont déclaré quils étaient fréquemment malades. Inhaler la poussière de cobalt peut causer une « fibrose pulmonaire aux métaux durs », affection pulmonaire potentiellement mortelle. En outre, un contact cutané prolongé avec le cobalt peut aboutir à des cas de dermatite – des éruptions chroniques. Pourtant, les enfants et les autres mineurs nont ni masques ni gants pour se protéger.

Les enfants nous ont raconté quils travaillent dur pendant de longues heures – jusquà 12 par jour – dans les mines, à transporter des charges très lourdes, entre 20 et 40 kilos, pour un salaire quotidien oscillant entre moins d1 et 2 euros par jour. Beaucoup nont rien à manger de toute la journée. Paul, 14 ans, a commencé à travailler dans les mines à lâge de 12 ans et descendait dans les tunnels souterrains. Il a raconté que bien souvent, ilpassait « 24 heures daffilée dans les tunnels. Jarrivais le matin et ressortais le lendemain matin... »

Vulnérables et exploités

La plupart des enfants travaillent pour pouvoir aller à lécole. Aux termes de la loi, léducation primaire est gratuite et obligatoire en RDC. Toutefois, faute de financements suffisants de lÉtat, les écoles facturent aux parents des frais pour couvrir notamment les salaires des enseignants et les livres. Ces frais sont compris entre 8 et 25 euros par mois – ce qui est au-dessus des moyens de la plupart dentre eux.

Parmi les enfants avec lesquels nous avons discuté, ceux qui sont scolarisés travaillent entre 10 et 12 heures par jour durant le week-end et les vacances scolaires, mais aussi avant et après leur journée décole.

Plusieurs enfants ont raconté avoir été frappés ou avoir vu dautres enfants se faire frapper par des agents de sécurité lorsquils pénètrent illégalement dans des concessions appartenant à dautres compagnies minières. Les enfants qui collectent, trient, rincent, broient et transportent des minerais sont payés au nombre de sacs par les négociants. Ils nont aucun moyen de vérifier le poids des sacs ni la teneur en cobalt et doivent donc accepter le prix des négociants, ce qui les rend vulnérables à lexploitation.

Le recours aux enfants dans les mines est largement reconnu comme lune des pires formes de travail des enfants. Les gouvernements sont légalement tenus de linterdire, mais aussi de léradiquer. Quant aux fabricants de produits, ils ont la responsabilité de contrôler si des enfants travaillent dans leurs chaînes dapprovisionnement, dy remédier le cas échéant, et de révéler publiquement les mesures quils mettent en oeuvre.

Loïc, 13 ans
J’ai vendu à des négociants qui ont des balances. Mais d’autres n’en avaient pas..., ils se contentaient d’estimer le poids : ils nous payaient moins cher que les adultes.

Réponses officielles reçues à ce jour

Avant de publier notre rapport intitulé Voilà pourquoi on meurt, nous avons reçu plusieurs réponses des entreprises que nous avons citées. Certaines entreprises ont nié ces liens. Depuis sa publication, la société Zhejiang Huayou Cobalt Company, basée en Chine, l’un des principaux fabricants de produits à base de cobalt du monde, a indiqué qu’elle examinait le fruit de nos recherches et qu’elle développait un système de vérification au préalable. D’autres marques mondialement reconnues également citées ont affirmé qu’elles menaient des recherches sur nos conclusions. La société Samsung SDI a reconnu publiquement avoir pris connaissance de notre rapport : elle a déclaré qu’elle examinait actuellement nos allégations et qu’elle allait publier un rapport sur son site Web avant la fin de l’année. Apple a publié une liste de tous ses fondeurs de cobalt conformément aux normes internationales. Sony a fait de même et a publié pour la première fois des informations sur sa chaîne d’approvisionnement en cobalt. En août 2017, le gouvernement de la RDC a admis pour la première fois que des enfants travaillent dans des mines de cobalt. Il s’est engagé à mettre un terme au travail des enfants dans les mines d’ici 2025 au moyen d’une nouvelle stratégie.

© Amnesty International et Afrewatch