Petit guide sur la surveillance de masse

Par Ben Beaumont, London,

Réalisé dans le cadre de la campagne #UnfollowMe, ce guide explique en deux minutes comment nos gouvernements recueillent et surveillent toutes nos données personnelles.

Qu’entend-on par surveillance ?
La surveillance est l’espionnage des communications, des actions ou des déplacements d’une personne.

Quand la surveillance est-elle légale ?
De manière générale, lorsqu’elle est nécessaire, ciblée, fondée sur des preuves suffisantes d’actes répréhensibles, et autorisée par une autorité strictement indépendante, comme un juge.

Qu’entend-on par surveillance de masse ?
La surveillance de masse non ciblée est l’espionnage des communications électroniques et téléphoniques d’un grand nombre de personnes, parfois de pays entiers, en l’absence de preuves suffisantes d’actes répréhensibles. 

La surveillance de masse peut-elle être légale dans certains cas ?
Les États peuvent légaliser la surveillance de masse dans leur pays, mais cela irait complètement à l’encontre du droit international que la plupart des nations se sont engagées à respecter. 

Qui sont les « Five eyes » ?
L’expression « Five eyes » (Cinq yeux) fait référence à une alliance conclue entre l’Australie, le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni en matière d’échanges d’informations. 

Qu’est-ce que le GCHQ ?
Le Government Communications Headquarters est le service de renseignement électronique du gouvernement britannique. 

Qu’est-ce que la NSA ?
La National Security Agency est l’agence américaine chargée de rassembler et d’analyser les renseignements et les données.

Des gouvernements m’espionnent-ils ?
Si vous vous servez d’Internet ou d’un téléphone portable, la réponse est sans doute « oui ». Des programmes comme Prism et Upstream (gérés par la NSA) et Tempora (géré par le GCHQ) espionneraient les données de Google, Microsoft, Facebook et d’autres grandes sociétés du secteur, et se connecteraient aux câbles à fibres optiques par lesquels transitent les communications électroniques internationales. Ces programmes espionnent des personnes dans presque tous les pays du monde. 

Quel type de données recueillent-ils ?
La NSA et le GCHQ ont mis en œuvre des programmes puissants capables de stocker et analyser les historiques des navigateurs, les recherches en ligne, les courriels, les messages instantanés, les conversations par webcam et les appels téléphoniques des personnes. Ils réunissent également des métadonnées (données sur les données), parmi lesquelles les destinataires des courriels, les heures d’appel et des données de géolocalisation. 

Que deviennent mes données ?
Elles sont stockées dans de gigantesques centres de traitement où elles peuvent être examinées et analysées par des algorithmes informatiques. Les données recueillies par la NSA et le GCHQ sont également mises à la disposition d’agents des autres services de sécurité des Five eyes au moyen de bases de données puissantes telles que XKeyscore. Les services de renseignement de 41 pays ont un accès plus ou moins ouvert à ces informations. 

En quoi la surveillance de masse empiète-t-elle sur nos droits humains ?
Il s’agit d’une violation grave de notre vie privée qui entrave également la liberté d’expression, les gens pouvant être moins enclins à communiquer librement dès lors qu’ils se savent surveillés.

Remerciements à Privacy International.