#UnfollowMe

Nos gouvernements surveillent tout ce que nous faisons sur Internet. Demandez-leur de protéger notre vie privée et d’interdire la surveillance de masse dès maintenant.

  • Campagnes
© Amnesty International

Nos gouvernements surveillent tout ce que nous faisons sur Internet. Demandez-leur de protéger notre vie privée et d’interdire la surveillance de masse dès maintenant.

Les services de renseignement et de sécurité des États utilisent la surveillance de masse non ciblée pour récupérer nos courriels, appels téléphoniques, recherches Internet, listes de contacts, données de géolocalisation par téléphone, images enregistrées par webcam, etc.

En nous surveillant de la sorte, les États tournent le dos à des principes de droit fondamentaux. Ils nous traitent tous comme des malfaiteurs présumés et considèrent comme suspect le moindre détail de notre vie privée.

Nos responsables politiques nous disent qu’ils ont besoin de pouvoirs renforcés en matière d’espionnage pour pouvoir arrêter les « terroristes ». Mais rien ne prouve que cette surveillance généralisée les y aidera. Les États disposent déjà de pouvoirs étendus pour surveiller les personnes qu’ils soupçonnent d’actes répréhensibles. Rien ne justifie qu’ils nous espionnent tous et toutes.

« Si la vie privée des citoyens doit être respectée, les puissants, eux, doivent être transparents, a déclaré l’ancien spécialiste de la sécurité Edward Snowden, qui a révélé toute l’étendue des programmes secrets d’espionnage électronique en juin 2013. En période de conflit, lorsque nous sommes confrontés à des menaces étrangères, il est important de protéger nos valeurs. Car c’est dans ces périodes de panique que l’on perd des droits. »


Qu’entend-on par surveillance de masse ? Lisez notre petit guide expliquant comment les États surveillent vos données.

Edward Snowden, lanceur d’alerte et ancien analyste de la NSA
« Ils savent quand vous prenez le bus, où vous travaillez, où vous avez dormi, et quels autres téléphones portables ont passé la nuit chez vous. »
© RADiUS-TWC
Edward Snowden, lanceur d’alerte et ancien analyste de la NSA
« Si la vie privée des citoyens doit être respectée, les puissants, eux, doivent être transparents »

LES FAITS

Les espions américains et britanniques peuvent activer les micros de votre téléphone portable et écouter vos conversations, même lorsque votre téléphone est éteint.

En l’espace d’un mois seulement, la NSA a récupéré près de 42 milliards de données Internet, notamment des historiques de navigation, des recherches, des courriels et des discussions en ligne.

Le service de renseignement électronique britannique (GCHQ) et la NSA ont piraté le plus grand fabricant de cartes SIM du monde et pu ainsi intercepter secrètement les appels téléphoniques et les données de plusieurs milliards de téléphones portables.

© HOANG DINH NAM/AFP/Getty Images
© RADiUS-TWC

VOUS PENSEZ N’AVOIR RIEN À CACHER ?

On entend parfois que si l’on n’a rien fait de mal, on n’a rien à cacher. Mais cela revient à accorder une confiance exagérée aux gouvernements. La question que l’on devrait se poser, c’est de savoir pourquoi notre droit à la vie privée est bafoué alors que l’on n’a rien fait de répréhensible.

« On peut avoir le gouvernement le plus responsable du monde aujourd’hui, dit Edward Snowden. Mais, demain, cela peut changer. » Les données personnelles pourraient être utilisées pour cibler des journalistes, persécuter des militants, prendre des mesures discriminatoires contre une minorité et entraver la liberté d’expression.

Nos gouvernements nous demandent également de choisir entre la sécurité ou la liberté. C’est un faux dilemme. Les sociétés s’emploient à trouver un équilibre entre les deux depuis des siècles. Cela veut dire qu’une personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été démontrée. Qu’elle a le droit au respect de sa vie privée. Et que les gouvernements doivent soupçonner une personne d’actes répréhensibles avant d’entraver sa liberté.

Les personnes qui consultent ces données cherchent des malfaiteurs. Vous pouvez n’avoir absolument rien à vous reprocher, si les gens chargés de repérer les profils de malfaiteurs se penchent sur les données qui vous concernent, ils ne vont pas vous trouver vous, ils vont trouver un malfaiteur.
Edward Snowden

 

DÉFENDEZ VOS DROITS ÉLECTRONIQUES

À sa création, Internet était perçu comme un espace où la liberté d’expression et le débat ouvert pouvaient prospérer. Aujourd’hui, cette conception est mise à mal.

À l’heure actuelle, les gouvernements veulent que nous acceptions de ne pas avoir de droits lorsque nous sommes connectés. Que, lorsque nous sortons notre smartphone ou que nous nous connectons à notre messagerie, tout ce que nous faisons ou disons leur appartient, en quelque sorte. Nous n’accepterions pas un tel degré d’intrusion dans notre vie hors ligne. Ne l’acceptons pas non plus quand nous sommes en ligne.

Joignez-vous à l’appel que nous adressons aux dirigeants des États-Unis et du Royaume-Uni (ainsi qu’à leurs alliés australiens, canadiens et néo-zélandais) pour interdire la surveillance de masse non ciblée et les échanges illégaux d’informations.

 

© Amnesty International

NOTRE SONDAGE

Menée auprès de l’opinion publique dans 13 pays, l’enquête d’Amnesty International sur la surveillance exercée par les gouvernements a révélé que 71 % des personnes interrogées étaient fortement opposées à la surveillance de leur utilisation d’Internet par les États-Unis. Près des deux tiers ont déclaré qu’elles souhaitaient que les entreprises du secteur des nouvelles technologies telles que Google, Microsoft et Yahoo sécurisent leurs communications afin d’empêcher que les gouvernements y aient accès. « Les gens veulent que leurs amis puissent les suivre, pas leur gouvernement. Ils ne veulent pas être constamment examinés à la loupe par un système de surveillance comparable à “big brother” », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.


des personnes sondées estiment que le gouvernement des États-Unis ne devrait pas analyser et conserver les données relatives à l’utilisation d’Internet par leurs concitoyens.

des personnes sondées pensent que leur gouvernement ne devrait pas analyser et conserver les données relatives à l’utilisation d’Internet et de la téléphonie mobile par leurs concitoyens.

des personnes sondées pensent que les entreprises du secteur des nouvelles technologies devraient sécuriser les communications de manière à empêcher les gouvernements d’accéder aux données des utilisateurs.

La fin des secrets

Nos courriels, SMS et appels peuvent sembler insignifiants. Mais lorsque ces fragments de nos vies sont assemblés les uns aux autres, ils peuvent être utilisés pour dresser un portrait précis de qui nous sommes.
REGARDER LA VIDÉO

fichiers rendus publics par Edward Snowden, tels que publiés par The Guardian