Stop Torture

  • Campagnes
© Amnesty International

Cela fait des heures que vous êtes suspendu au plafond.

Vos muscles hurlent de douleur. Votre corps est secoué de convulsions sous les décharges électriques. On vous verse de force de l'eau dans la bouche. Vous avez l’impression de vous noyer. Viol. Simulacre d'exécution. Tous les moyens sont bons pour vous faire craquer. Vous faire plier. Vous faire signer des « aveux », ou livrer des renseignements. Vous avez disparu, loin des yeux du monde. Vous craignez d'être complètement oublié, vous craignez d'être tout seul.

Dans le monde entier, des États torturent des personnes comme vous et moi.

La torture – Une crise mondiale

Nous assistons à une crise mondiale liée à la torture. Ces cinq dernières années, Amnesty International a signalé des cas de torture dans les trois quarts des pays du monde, soit 141.

Depuis plusieurs dizaines d'années, Amnesty dénonce les gouvernements qui pratiquent la torture. Nous aidons les victimes de torture à obtenir justice. Nous avons aussi été les instigateurs des pressions internationales qui ont abouti à l'adoption de la Convention des Nations unies contre la torture, il y a 30 ans. Aujourd’hui, des lois prohibant la torture sont en vigueur presque partout.

Pourtant, le moindre coup d’œil à l’actualité montre que les lois ne suffisent pas.
La torture est florissante parce qu'au lieu de se conformer au droit en refusant de la tolérer, de nombreux gouvernements y recourent volontairement ou prétendent ignorer sa pratique.

© Amnesty International

© Jepie Papa / Amnesty International

Nous érigeons une barrière efficace entre les tortionnaires et leurs victimes.

Comment ? En exigeant qu’un avocat soit présent lors de chaque interrogatoire. Que des médecins puissent examiner les détenus. Que les « aveux » obtenus sous la torture ne puissent pas servir de preuves devant les tribunaux. Que les détenus soient autorisés à voir leur famille. Et en exigeant que toute personne ayant participé à des actes de torture soit traduite en justice.

Nous prenons position au sein même des systèmes qui n’assument pas leur devoir de protection.

Avant, j’avais peur et je croyais qu’il valait mieux ne rien dire. Mais je ne peux pas accepter cela.
Claudia Medina, victime de tortures au Mexique
© Chijioke Ugwu Clement

Engagez-vous ici. Engagez-vous maintenant. Stop Torture

Dans des pays comme les Philippines et le Mexique, la torture est répandue et banalisée dans les postes de police. Au Maroc et Sahara occidental et en Ouzbékistan, les tribunaux fondent souvent leurs jugements sur des « aveux » arrachés sous la torture. Et au Nigeria, les coups et les simulacres d’exécution font partie des nombreux sévices infligés aux détenus.

Stop Torture : ensemble, c'est possible ! Nous avons besoin de vous. Interposez-vous, vous aussi, entre les tortionnaires et leurs victimes.

La douleur provoquée par la torture est insoutenable. Je n'aurais jamais pensé être encore en vie aujourd'hui.
Moses Akatugba avait 16 ans lorsqu'il a été arrêté au Nigeria. Il se trouve actuellement dans le quartier des condamnés à mort. Il a « avoué » un vol après avoir été torturé.
© Amnesty International

Pour combattre la torture

Pour donner aux jeunes les moyens de comprendre et d’agir contre la torture, nous avons créé un site qui propose des ateliers d’éducation aux droits humains.

Ateliers