Getty Images

G20. Les vagues promesses concernant les vaccins sont un affront aux cinq millions de morts

La déclaration finale du G20 sur un accès mondial élargi aux vaccins contre le Covid-19 est dramatiquement avare de détails, a déclaré Amnesty International le 31 octobre. À la suite de la déclaration des dirigeant·e·s du G20, qui promet d’« étudier les moyens d’accélérer la vaccination au niveau mondial » et de « progresser vers la réalisation » de l’objectif de l’OMS d’une vaccination de 40 % de la population de tous les pays avant la fin de l’année, Tamaryn Nelson, conseillère sur les questions relatives au droit à la santé à Amnesty International, a déclaré :  

« Les dirigeant·e·s du G20 semblent dire tout ce qui est juste, mais compte tenu des cinq millions de morts, ce n’est pas suffisant. Ces vagues promesses sont un affront aux personnes qui ont perdu la vie, et à celles qui ont peur du Covid-19.  

« Des mesures doivent être prises, et elles doivent être prises rapidement. Un grand nombre de pays membres du G20 disposent d’immenses stocks de vaccins excédentaires qui risquent tout simplement d’être jetés à la poubelle. Amnesty a découvert que 500 millions de doses pourraient immédiatement être proposées si elles étaient redistribuées aux pays à faible revenu, mais la redistribution n’a même pas été mentionnée dans cette déclaration.

« Il ne reste plus que deux mois avant la fin de l’année, et seul un changement radical d’approche permettra de combler le fossé qui reste honteusement creusé en matière d’accès à la vaccination. Si rien n’est fait pour changer le cours actuel des choses, la fin de la pandémie restera une simple lueur à l’horizon. » 

La campagne d’Amnesty International 100 Day Countdown exhorte les États et les entreprises pharmaceutiques à partager les vaccins avec les pays à faible revenu ou à revenu moyen inférieur, afin que des millions de personnes qui n’y ont toujours pas accès puissent être protégées contre le Covid-19 en 2021. Agissez