Bélarus
© Michal Fludra / NurPhoto
  • Descriptif du pays

Vue d'ensemble

L’année a été marquée par des manifestations pacifiques récurrentes, et l’élection présidentielle du mois d’août a donné lieu à une répression particulièrement sévère des libertés d’expression, de réunion pacifique et d’association, atteignant un niveau que le Bélarus n’avait pas connu depuis son indépendance. Des candidat·e·s d’opposition ainsi que des membres de leurs équipes de campagne et des sympathisant·e·s ont été arrêtés sur la base de fausses accusations ou exilés de force. La police a employé une force excessive et aveugle pour disperser des manifestations. Des dizaines de milliers de manifestant·e·s pacifiques et de passant·e·s ont été arrêtés. Beaucoup ont été soumis à des mauvais traitements, voire torturés. Des journalistes, des membres de professions médicales, des étudiant·e·s, des lycéen·ne·s et des syndicalistes, entre autres, ont aussi été la cible d’arrestations, de violences et de poursuites judiciaires. La réaction initiale des autorités face à la pandémie de COVID-19 n’a pas été satisfaisante. De nouvelles condamnations à mort ont été prononcées.

Lire la suite

Peine de mort :

Non abolitionniste

La peine de mort est inscrite dans la législation du pays ou territoire.

Nouvelles

Questions des médias

Nos bureaux

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir tous les contacts