récents

608 résultats

  • Nouvelles
  • Syrie
  • Conflit armé

Syrie. Il est temps que les dirigeants mondiaux fassent en sorte que les millions de victimes de la guerre obtiennent justice, vérité et réparation

Alors que des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité demeurent impunis en Syrie, une campagne lancée par Amnesty International à l’occasion du sixième anniversaire de cette crise appelle les dirigeants mondiaux à prendre des mesures immédiates pour apporter justice, vérité et réparation aux millions de victimes du conflit. La campagne Justice for Syria engage les gouvernements à mettre fin à l’impunité et à faire de l’obligation de rendre des comptes une réalité pour le peuple syrien en soutenant et en finançant le mécanisme d’enquête sur la Syrie adopté par l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2016 et en exerçant leur compétence universelle pour enquêter sur les responsables présumés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité perpétrés en Syrie et les traduire en justice dans leurs propres tribunaux.

Date:
15 mars 2017
  • Nouvelles
  • Syrie
  • Détention

Syrie. Réaction du président Bachar el Assad au rapport d'Amnesty International sur la prison de Saidnaya

En réaction à l'interview accordée par le président Bachar el Assad à Yahoo News, dans laquelle il réfute les conclusions du récent rapport d'Amnesty International sur les pendaisons de masse et l'extermination à la prison militaire de Saidnaya en Syrie, Philip Luther, directeur des recherches et des actions de plaidoyer pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré : « Dans son interview, le président Bachar el Assad tente à plusieurs reprises de discréditer les conclusions d'Amnesty International.

Date:
10 février 2017
  • Nouvelles
  • Syrie
  • Homicides illégaux

Syrie. Une enquête dévoile les pratiques secrètes du gouvernement à la prison de Saidnaya : pendaisons de masse et extermination

Dans un nouveau rapport, Amnesty International dévoile la campagne d'exécutions extrajudiciaires orchestrée par le gouvernement syrien, qui a procédé à des pendaisons de masse à la prison de Saidnaya. Entre 2011 et 2015, chaque semaine et souvent deux fois par semaine, des groupes englobant jusqu'à 50 prisonniers ont été sortis de leurs cellules et exécutés par pendaison. En cinq ans, jusqu'à 13 000 personnes, pour la plupart des civils soupçonnés de s'opposer au régime, ont été pendues en secret à Saidnaya.

Date:
7 février 2017
  • Recherches
  • Syrie
  • Homicides et disparitions

Syrie: Abattoir humain-Pendaisons de masse et extermination à la prison de Saidnaya, en Syrie

Dans la prison militaire de Saidnaya, les autorités syriennes ont discrètement et méthodiquement organisé les exécutions de milliers de personnes qui se trouvaient entre leurs mains. Dans leur immense majorité, les victimes étaient des citoyens ordinaires soupçonnés de s'opposer au régime. Nombre d'entre elles ont été exécutées de manière extrajudiciaire au cours de pendaisons de masse, organisées de nuit dans le plus grand secret.

Date:
7 février 2017
Index AI:
MDE 24/5475/2017
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

La résolution de l'ONU ouvre la voie à l'obligation de rendre des comptes pour les crimes de guerre commis en Syrie

En réaction à la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU portant création d'un mécanisme international indépendant visant à garantir l'obligation de rendre des comptes pour les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis en Syrie depuis mars 2011, Anna Neistat, directrice chargée des recherches à Amnesty International, a déclaré : « En adoptant cette résolution, l'Assemblée générale contribue à sortir de l'impasse dans lequel se trouvait le Conseil de sécurité en matière d'obligation de rendre des comptes et c'est un premier pas vers la justice pour des milliers de victimes.

Date:
22 décembre 2016
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

Syrie. Il faut permettre à des observateurs de l’ONU d’entrer dans Alep alors que les civils fuient de nouveaux bombardements

Alors que les combats ont repris dans la ville syrienne d’Alep le 14 décembre, Amnesty International demande le déploiement d’observateurs des Nations unies afin d’aider à protéger les milliers de civils qui fuient la menace d’attaques de représailles et d’autres violations des droits humains. Des bombardements intensifs ont été signalés dans l’est d’Alep, malgré le cessez-le-feu conclu mardi 13 décembre pour permettre l’évacuation de dizaines de milliers de civils et de milliers de combattants rebelles.

Date:
14 décembre 2016
  • Nouvelles
  • Europe et Asie centrale
  • Conflit armé

Il faut que l’ONU surveille de plus près les agissements de la Russie en Syrie

Alors que le nouveau secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), António Guterres, s’apprête à se rendre à Moscou les 24 et 25 novembre, Jane Connors, directrice du Programme international de plaidoyer à Amnesty International, a déclaré : « Il faut que le nouveau secrétaire général, António Guterres, veille à ce que le système des Nations unies se penche davantage sur la responsabilité de la Russie dans des violations du droit international commises lors du conflit syrien.

Date:
23 novembre 2016
  • Nouvelles
  • Syrie
  • Conflit armé

Syrie. Les groupes armés d'opposition doivent mettre fin aux attaques illégales dans l'ouest de la ville d'Alep

La violente offensive lancée le 28 octobre contre l'ouest de la ville d'Alep par les groupes armés d'opposition est marquée par des attaques menées sans discrimination contre des zones civiles, qui ne peuvent être justifiées en invoquant la nécessité de briser le siège qui a déclenché une crise humanitaire dans l'est d'Alep, a déclaré Amnesty International. D'après l'Observatoire syrien des droits de l'homme, depuis le lancement de cette offensive, au moins 48 personnes, dont 17 enfants, ont été tuées dans des zones civiles de l'ouest d'Alep contrôlées par le gouvernement.

Date:
31 octobre 2016
  • Recherches
  • Afrique du Sud
  • Torture et autres formes de mauvais traitements

Le Fil- Octobre-Décembre 2016: J´Accueille!

Une bande de désert entre la Jordanie et la Syrie, connue sous le nom de « la berme », montre la nécessité de résoudre la crise mondiale des réfugiés. Là, plus de 75 000 hommes, femmes et enfants sont bloqués depuis près d'un an. Depuis que la Jordanie a scellé sa frontière avec la Syrie, ces réfugiés se trouvent dans un no man’s land, hors d'atteinte des organisations humanitaires internationales.

Date:
1 octobre 2016
Index AI:
NWS 21/4978/2016
  • Campagnes
  • Syrie
  • Torture et autres formes de mauvais traitements

Prisonniers en Syrie : des méthodes de survie désespérées

On estime que plus de 17 000 personnes sont mortes dans les prisons et les centres de détention syriens depuis 2011. Celles qui ont survécu ont dû faire des choses inimaginables pour rester en vie. Toutes les citations ci-dessous proviennent d’entretiens réalisés avec d’anciens détenus début 2016. Cacher ses problèmes de santé « Lors de la “fête de bienvenue”, des gardiens nous ont demandé à tous si nous étions malades.

Date:
26 août 2016
  • Campagnes
  • Syrie
  • Torture et autres formes de mauvais traitements

«Une peur qui ne nous quitte pas» : survivre à la torture dans une prison syrienne

Le militant pacifique Hussam (son nom a été modifié) a survécu 20 mois à Saidnaya, l’une des prisons les plus violentes de Syrie. Aujourd’hui détenu ailleurs, il a écrit cette lettre pour tenter de décrire l’« enfer quotidien » qu’il a traversé. À qui de droit, Ce que je m’apprête à écrire n’est pas une fiction ni un appel à la compassion. Depuis nos sombres sous-sols que le soleil n’atteint jamais, nous élevons nos voix et cherchons un écho.

Date:
18 août 2016
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

Syrie. Évacuée de la ville assiégée de Madaya, une fillette de 10 ans va pouvoir être opérée

Grièvement blessée par un tireur embusqué à un poste de contrôle tenu par les forces gouvernementales syriennes à Madaya, une petite fille syrienne âgée de 10 ans a pu être évacuée la nuit dernière à la suite de pressions exercées au niveau international, a confirmé Amnesty International. Selon le Croissant-Rouge syrien, Ghina Ahmad Wadi et sa mère ont été escortées dans la nuit depuis la ville assiégée jusqu'à Damas.

Date:
14 août 2016
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

Syrie. Frappe aérienne meurtrière contre une maternité : un possible crime de guerre

La frappe aérienne qui a touché et partiellement détruit une maternité dans la province rurale d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, le 29 juillet après-midi, semble s'inscrire dans le cadre d'une politique d'attaques illégales prenant délibérément pour cibles des infrastructures médicales, a déclaré Amnesty International. On ne connaît pas encore le nombre de victimes de cette attaque, mais un porte-parole de Save the Children, organisation qui soutient l'hôpital, a déclaré aux médias que le bilan s’élevait au moins à deux morts.

Date:
29 juillet 2016
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

Syrie. Des frappes de la coalition dirigée par les États-Unis ont semble-t-il fait de nombreuses victimes civiles

Les forces de la coalition dirigée par les États-Unis effectuant des frappes aériennes en Syrie doivent redoubler d’efforts afin de prévenir les morts civiles, et enquêter sur de possibles atteintes au droit international humanitaire, a déclaré Amnesty International face aux informations de plus en plus nombreuses selon lesquelles des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont été tués chez eux dans le village d’al Tukhar, près de Manbij, entre les 18 et 19 juillet.

Date:
19 juillet 2016