récents

3 614 résultats

  • Nouvelles
  • Nigeria
  • Homicides et disparitions

Nigeria. Les forces de sécurité ne doivent pas réprimer les manifestations pro-Biafra

Il faut que les forces de sécurité fassent preuve de retenue lors des manifestations commémorant le 50e anniversaire de la fin de la guerre du Biafra, le 30 mai, et évitent de provoquer un bain de sang par une intervention brutale comme l’an dernier, où elles avaient abattu plus de 60 personnes, a déclaré Amnesty International mardi 30 mai 2017. « L’an dernier, l’intervention brutale contre les militants en faveur de l’indépendance du Biafra avait ravivé les tensions dans le sud-est du Nigeria.

Date:
30 mai 2017
  • Nouvelles
  • Cambodge
  • Militants et défenseurs des droits humains

Cambodge. Les tribunaux de l'injustice

Le gouvernement du Cambodge se sert de ses tribunaux pour museler les défenseurs des droits humains et les militants politiques, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport rendu public le 30 mai 2017. Mettant à profit sa mainmise sur le système de justice pénale, le gouvernement cambodgien porte des accusations forgées de toutes pièces contre des opposants politiques, des syndicalistes, des militants des droits humains et des commentateurs politiques, dans le but de les harceler, de les intimider et de les sanctionner.

Date:
30 mai 2017
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Détention

Algérie : Assurer un procès équitable aux défenseurs des droits des minorités

Les autorités algériennes devraient abandonner tous les chefs d'inculpation retenus à l'encontre d'un activiste de renom et de ses 40 co-accusés, qui sont fondés sur leur militantisme pacifique en faveur des droits de la minorité amazigh, ou berbère, ont déclaré aujourd'hui Human Rights Watch, EuroMed Rights, Amnesty International et Front Line Defenders. Kamaleddine Fekhar et la plupart de ses co-accusés sont en détention préventive depuis juillet 2015.

Date:
29 mai 2017
  • Nouvelles
  • Zambie
  • Justice

Zambie. L’ajournement du procès en trahison d’un dirigeant de l’opposition est un acte de persécution

En réaction à la décision du tribunal de première instance de Lusaka d’ajourner au 12 juin le procès de Hakainde Hichilema, dirigeant du Parti uni pour le développement national (UPND), et de cinq de ses employés, Deprose Muchena, directeur du programme Afrique australe à Amnesty International, a déclaré : « Hakainde Hichilema et ses cinq employés font actuellement l’objet de persécutions judiciaires et il faut que la charge pesant sur eux soit abandonnée.

Date:
26 mai 2017
  • Nouvelles
  • Kenya
  • Peuples autochtones

Kenya. Un jugement plein d’espoir pour tous les peuples autochtones

En réaction à la décision rendue vendredi 26 mai 2017 par la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, selon laquelle l’État kenyan a violé les droits du peuple autochtone ogiek en l’expulsant de ses terres, Muthoni Wanyeki, directrice du programme Afrique de l’Est, Corne de l’Afrique et Grands Lacs à Amnesty International, a déclaré : « Le jugement du 26 mai 2017 représente une victoire historique pour les Ogieks et un espoir pour tous les autres peuples autochtones.

Date:
26 mai 2017
  • Nouvelles
  • Tunisie
  • Terrorisme

Tunisie. Les modifications de la loi relative aux passeports vont atténuer les restrictions arbitraires au droit de circuler librement

Les modifications législatives adoptées par le Parlement tunisien cette semaine sont une mesure positive pour mettre un terme à certaines restrictions discriminatoires et disproportionnées de la liberté de mouvement en Tunisie, a déclaré Amnesty International. Adoptées le 23 mai, les modifications de la Loi de 1975 relative aux passeports englobent de nouvelles dispositions qui exigent que les décisions imposant des interdictions de voyager ou des confiscations de passeports soient pleinement motivées et que les personnes concernées soient informées rapidement de ces décisions et aient le droit de les contester.

Date:
26 mai 2017
  • Nouvelles
  • Moyen-Orient et Afrique du Nord
  • Conflit armé

Irak. L’enquête du Pentagone sur le raid aérien de Mossoul montre qu’il est urgent de protéger les civils

En réaction aux conclusions de l’enquête du Pentagone sur le raid aérien mené le 17 mars 2017 dans le quartier d’Al Jadida (ouest de Mossoul) par la coalition sous commandement américain, qui a fait au moins 100 morts parmi les civils, Amnesty International a déclaré : « L’attaque lancée dans le quartier d’Al Jadida a été une tragédie qui a alerté le monde sur les horreurs infligées aux civils irakiens.

Date:
25 mai 2017
  • Nouvelles
  • Iran
  • Enfants

L’exécution d’un homme arrêté à l’âge de 16 ans révèle le mépris de l’Iran à l’égard des droits de l’enfant

L’Iran a prouvé son mépris profond à l’égard des droits de l’enfant en exécutant un homme arrêté pour un crime commis alors qu’il était âgé de 16 ans, ce qui constitue une violation éhontée du droit international relatif aux droits humains, a déclaré Amnesty International. Cet homme, que les médias d’État désignaient uniquement sous le nom d’« Asqar », avait été condamné à une pendaison publique il y a près de 30 ans.

Date:
25 mai 2017
  • Nouvelles
  • Éthiopie
  • Liberté de la presse

Éthiopie. La déclaration de culpabilité d’un journaliste est un nouveau coup porté à la justice

En réaction à la nouvelle selon laquelle la Haute cour fédérale de l’Éthiopie a reconnu le journaliste éthiopien Getachew Shiferaw coupable d’« incitation à la révolte », Muthoni Wanyeki, directrice régionale d'Amnesty International pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et les Grands lacs, a déclaré : « La décision de mercredi 24 mai, qui n’a aucun fondement, est un nouveau coup porté à la justice en Éthiopie, et la preuve de la volonté continue des autorités, malgré leurs promesses de réformes, d’utiliser de manière abusive le système de justice pénale pour réduire l’opposition au silence.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Égypte
  • Censure et liberté d'expression

Égypte. L'ancien candidat à la présidentielle Khaled Ali va être jugé sur fond de répression visant les militants politiques

Les autorités égyptiennes intensifient leur répression contre les militants de l'opposition à l'approche de l'élection présidentielle de 2018, procédant dans 17 villes à l'arrestation d'au moins 36 membres de cinq partis d'opposition et de mouvements politiques de jeunesse, a déclaré Amnesty International le 24 mai 2017. Beaucoup ont été arrêtés en raison de commentaires postés en ligne au sujet des élections.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Palestine (État de)
  • Peine de mort

Palestine. Le Hamas doit empêcher de toute urgence l’exécution de trois hommes condamnés à l’issue d’un procès inique

En réaction à des informations selon lesquelles les autorités du Hamas (Mouvement de la résistance islamique) dans la bande de Gaza vont exécuter jeudi 25 mai trois hommes accusés d’avoir tué Mazen Faqha, un cadre du Hamas, le 24 mars, la directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International, Magdalena Mughrabi, a déclaré : « Les trois hommes dont l’exécution par pendaison ou par peloton est prévue à Gaza le 25 mai ont été jugés par un tribunal qui a complètement bafoué les normes internationales en matière de procès équitables.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Amériques
  • Homicides et disparitions

Mexique. De nouveaux éléments tendent à prouver que l’armée a procédé à une exécution et révèlent une stratégie défaillante en matière de sécurité

Une vidéo, qui constitue un élément nouveau dont l’authenticité a été vérifiée de manière indépendante par Amnesty International, montre des hommes en uniformes de l’armée mexicaine abattant une personne lors d’une opération de sécurité dans le centre du Mexique, ce qui indique qu’il est urgent que les militaires cessent de remplir des missions de police, a déclaré Amnesty International jeudi 25 mai 2017, alors qu’est examiné actuellement au Mexique un texte de loi qui autoriserait l’armée à jouer le rôle de la police.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Israël et territoires palestiniens occupés
  • Prisonniers d'opinion

Israël. Le prisonnier d'opinion palestinien détenu sans inculpation ni jugement doit être libéré

Les autorités israéliennes doivent libérer immédiatement et sans condition Ahmed Qatamesh, universitaire palestinien âgé de 67 ans, écrivain et analyste politique, qui a été arrêté de façon arbitraire au titre d'un ordre de placement en détention administrative pour une durée de trois mois, a déclaré Amnesty International. Ahmed Qatamesh a été arrêté lors d'une descente effectuée à son domicile avant l'aube, le 14 mai 2017.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles

Irak. L'armée américaine reconnaît des lacunes dans le suivi de transferts d'armes d'une valeur de plus d’un milliard de dollars

L'armée américaine n'a pas dûment assuré le suivi de transferts d'armes et autres équipements militaires d'une valeur de plus d'un milliard de dollars à destination de l’Irak et du Koweït, selon un audit aujourd'hui déclassifié du département de la Défense, obtenu par Amnesty International à la suite de demandes d'accès à l'information. L’audit du gouvernement, réalisé à partir de septembre 2016, révèle que le département de la Défense « ne disposait pas d'archives précises et actualisées sur le nombre et la localisation » d'une grande quantité d'équipement inondant le Koweït et l’Irak pour approvisionner l'armée irakienne.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Tadjikistan
  • Militants et défenseurs des droits humains

Tadjikistan. Des avocats sont harcelés, intimidés et emprisonnés

Les autorités tadjikes ont porté un coup majeur aux professions juridiques en orchestrant une manipulation politique du système pénal et en adoptant une législation répressive, a déclaré Amnesty International le 24 mai 2017 à l'approche de la Journée nationale des avocats dans le pays. Une nouvelle synthèse dévoile l’éventail des méthodes répressives mises en œuvre par le gouvernement en vue d'intimider, de réduire au silence et d'écraser les avocats, sanctionnés pour l'exercice légitime de leur profession.

Date:
24 mai 2017
  • Nouvelles
  • Cameroun
  • Conflit armé

Cameroun. Des milliers de personnes dans le monde demandent la libération de trois étudiants emprisonnés pour avoir fait circuler une plaisanterie sur Boko Haram

Plus de 300 000 lettres et pétitions de personnes du monde entier ont été envoyées au président camerounais Paul Biya pour lui demander de faire libérer trois étudiants condamnés chacun à 10 ans d’emprisonnement, par un tribunal militaire, pour avoir fait circuler une plaisanterie sur Boko Haram par SMS, a déclaré Amnesty International mercredi 24 mai. Dans le cadre de la campagne Écrire pour les droits 2016 d’Amnesty International, plus de 310 000 actions ont été menées par des personnes du monde entier pour demander la libération immédiate de Fomusoh Ivo Feh et de ses amis Afuh Nivelle Nfor et Azah Levis Gob.

Date:
23 mai 2017