Ukraine. Amnesty International fait campagne contre l'impunité dont jouit la police

Amnesty International lance une campagne mondiale contre l’impunité dont jouissent les forces de police en Ukraine. Des centaines de personnes ont été blessées par la police, dont certaines très grièvement, pendant les manifestations antigouvernementales Euromaïdan à Kiev et dans d’autres villes d’Ukraine depuis le 21 novembre 2013. Au moins quatre personnes ont été tuées. Des manifestants ont été enlevés par des inconnus et torturés – l’un d’eux a été retrouvé mort. Les membres d’Amnesty International et leurs sympathisants vont faire pression sur le gouvernement ukrainien par le biais d’envois de lettres, de pétitions, d’actions publiques et d’autres activités de pression. Cette campagne appelle les autorités ukrainiennes à agir fermement pour montrer que le recours arbitraire et abusif à la force, ainsi que les autres violations des droits humains, ne sauraient être tolérés et seront punis le cas échéant par des mesures disciplinaires et pénales. Amnesty International appelle les autorités ukrainiennes à : • veiller à ce que justice soit rendue dans chaque cas de recours abusif à la force par des responsables des forces de l’ordre en lien avec le mouvement de protestation Euromaïdan ; • coopérer pleinement avec les enquêtes internationales sur les violations des droits humains survenues dans le cadre de ce mouvement ; • mettre en place un mécanisme indépendant permanent chargé d’enquêter sur les allégations de mauvais traitements aux mains de la police en Ukraine. Les pays qui participent à cette campagne sont les suivants : Autriche, Canada, Espagne, États-Unis, France, Italie, Moldavie, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Suède, Suisse, Turquie, Ukraine.