Rapport 2013
La situation des droits humains dans le monde

22 octobre 2012

Iran : 10 hommes ont été exécutés malgré les appels lancés au niveau international

Iran : 10 hommes ont été exécutés malgré les appels lancés au niveau international
En Iran, le commerçant Saeed Sedeghi a été mis à mort pour une infraction à la législation sur les stupéfiants.

En Iran, le commerçant Saeed Sedeghi a été mis à mort pour une infraction à la législation sur les stupéfiants.

© DR


L'exécution de Saeed Sedeghi et des neuf autres hommes s'inscrit dans la frénésie d'homicides judiciaires observée en Iran ; plus de 360 personnes ont été mises à mort depuis le début de l'année 2012, la majorité pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants. Ces exécutions infligent une souffrance inutile à des familles iraniennes, en plus d'être erronées, inefficaces, et de constituer un affront aux droits les plus élémentaires.
Source: 
Ann Harrison, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International.

Un commerçant reconnu coupable d'une infraction à la législation sur les stupéfiants comptait parmi les 10 hommes exécutés en Iran lundi 22 octobre à l'aube, malgré les appels adressés aux autorités notamment par Amnesty International et des experts des droits humains de l'ONU pour qu'ils aient la vie sauve.

Saeed Sedeghi a pu rencontrer « une dernière fois » sa mère à la prison d'Evin dimanche 21 octobre, des représentants de la justice lui ayant annoncé que son fils serait exécuté le lendemain à l'aube.

« L'exécution de Saeed Sedeghi et des neuf autres hommes s'inscrit dans la frénésie d'homicides judiciaires observée en Iran ; plus de 360 personnes ont été mises à mort depuis le début de l'année 2012, la majorité pour des infractions liées à la législation sur les stupéfiants. Ces exécutions infligent une souffrance inutile à des familles iraniennes, en plus d'être erronées, inefficaces, et de constituer un affront aux droits les plus élémentaires », a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Afrique du Nord et Moyen-Orient d'Amnesty International.

La famille de Saeed Sedeghi a informé Amnesty International que sa dépouille leur avait été rapidement restituée après l'exécution.

Le 13 octobre, Saeed Sedeghi s'est semble-t-il vu accorder un sursis. Toutefois, sa famille ignorait où il se trouvait, jusqu'au 21 octobre. Sa mère a alors été avisée de son exécution imminente et convoquée à la prison d'Evin pour une ultime entrevue.

D'après ses proches, Saeed Sedeghi avait perdu beaucoup de poids et il n'a pas été autorisé à appeler d'autres parents pour leur dire adieu avant son exécution.

Ses proches ont raconté à Amnesty International qu'il leur avait confié qu'après le report de son exécution, il avait été torturé en prison, et notamment soumis à un simulacre d'exécution. Il a ajouté que lors de sa détention à la prison d'Evin, on lui avait enjoint d'« avouer » sa culpabilité devant une caméra, ce qu'il avait refusé.

« Les informations selon lesquelles il a été soumis à un simulacre d'exécution avant de mourir sont plus que choquantes et doivent faire l'objet d'investigations impartiales. Les responsables présumés doivent comparaître en justice », a estimé Ann Harrison.

Après l'exécution de Saeed Sedeghi, les autorités ont mis en garde sa famille contre le fait de parler aux médias et lui ont interdit d'organiser une cérémonie funéraire publique après son inhumation.

Le 11 octobre, le frère de Saeed Sedeghi, Majid, a été arrêté pour avoir accordé des interviews au sujet de son frère à BBC Persian, le service d'information en langue persane de la BBC, et à Voice of America. Il a été placé en détention à la prison d'Evin avant d'être libéré sous caution quatre jours plus tard.

Si les forces de sécurité iraniennes ont pour devoir d'engager des poursuites judiciaires dans les cas d'infractions liées à la production et à la distribution de substances illégales, ce type d'infractions ne correspond toutefois pas aux « crimes les plus graves » auxquels le recours à la peine capitale doit être limité, selon le droit international.

L'Iran, qui se classe deuxième derrière la Chine s'agissant du nombre d'exécutions menées chaque année, aurait procédé à pas moins de 368 exécutions depuis début 2012, dont 136 qu'il a officiellement reconnues.

Rien ne prouve clairement que ce châtiment ait un effet notable sur la diminution des infractions liées aux stupéfiants. Selon les normes internationales relatives aux droits humains, la peine de mort ne doit jamais être une peine automatique.

« Nous continuons d'exhorter les autorités iraniennes à commuer les sentences capitales de tous les condamnés à mort et à supprimer ce châtiment des peines encourues par les accusés reconnus coupables d'infractions liées aux stupéfiants », a conclu Ann Harrison.

Campagnes

En finir avec la peine de mort 

Thème

Peine de mort 
Torture et mauvais traitements 

Pays

Iran 

Région ou pays

Moyen-Orient et Afrique du Nord 

Suivre #DeathPenalty @amnestyonline sur Twitter

Nouvelles

09 avril 2014

Une vue d'ensemble de la crise des droits humains de dimension historique qui secoue actuellement la République centrafricaine.

Pour en savoir plus »
04 mars 2014

Quand Brent Miller a été tué dans la prison de Louisiane où il travaillait, ni Teenie, son épouse, ni ses autres proches ne s’imaginaient qu’ils se retrouveraient mêlés à une... Pour en savoir plus »

27 mars 2014

Les tribunaux japonais ont enfin entendu raison et ordonné la tenue d’un nouveau procès pour un prisonnier qui a passé plus de 40 ans... Pour en savoir plus »

08 avril 2014

Attaques, discrimination, expulsions violentes, privation de logement et extrême pauvreté. La vie des 20 000 Roms de France – dont la plupart sont des migrants – est... Pour en savoir plus »

14 avril 2014

Les restrictions croissantes à la liberté d’expression imposées en cette période préélectorale en Algérie font apparaître des failles choquantes dans le bilan global des droits... Pour en savoir plus »