Libye

Voir d’autres pays dans

  • MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD
  • ALGéRIE
  • ARABIE SAOUDITE
  • BAHREïN
  • IRAK
  • IRAN
  • ISRAëL ET TERRITOIRES PALESTINIENS OCCUPéS
  • JORDANIE
  • KOWEïT
  • LIBAN
  • LIBYE
  • MAROC ET SAHARA OCCIDENTAL
  • OMAN
  • PALESTINE (ÉTAT DE)
  • QATAR
  • SYRIE
  • TUNISIE
  • YéMEN
  • ÉGYPTE
  • ÉMIRATS ARABES UNIS

Vue d'ensemble

Des milliers de personnes étaient toujours détenues, certaines depuis plus de 10 ans, par des milices, des groupes armés et des forces de sécurité, sans avoir la possibilité de contester la légalité de leur privation de liberté. Des dizaines de journalistes, de responsables politiques, de fonctionnaires et de militant·e·s de la société civile ont été enlevés, soumis à une disparition forcée, torturés ou maltraités en raison de leur appartenance politique ou tribale ou de leur origine régionale réelles ou supposées, ou de leur engagement dans le contexte des élections prévues. Des milices et des groupes armés ont tué et blessé des civil·e·s et détruit des biens de caractère civil lors d’affrontements sporadiques et localisés. Les attaques de groupes armés contre un réseau d’adduction d’eau ont mis en péril l’accès à l’eau salubre de plusieurs millions de personnes. Les autorités ont continué à financer et à intégrer dans les institutions publiques des milices et des groupes armés responsables de crimes de guerre et de graves violations des droits humains. Elles ne protégeaient pas les femmes, les filles et les personnes LGBTI contre les violences sexuelles et les violences liées au genre, et ne faisaient rien pour lutter contre la discrimination. Les minorités ethniques et les personnes déplacées se heurtaient à des obstacles dans l’accès à l’éducation et aux soins de santé. Les milices et les forces de sécurité ont fait usage de la force meurtrière illégale et d’autres violences pour arrêter arbitrairement des milliers de migrant·e·s et de réfugié·e·s, tandis que les garde-côtes libyens, soutenus par l’UE, ont intercepté en mer des milliers d’autres personnes et les ont renvoyées de force en détention en Libye. Des migrant·e·s et des réfugié·e·s privés de liberté ont été soumis à la torture, à des violences sexuelles et au travail forcé ; certains ont été victimes d’homicides illégaux. Des dizaines de personnes civiles ont été condamnées par des tribunaux militaires lors de procès manifestement inéquitables.

Lire la suite

État de la peine de mort

Rétentionniste

Maintient la peine de mort dans la loi

Voir le rapport d’Amnesty International 2021/22

Actualités

Urgent Actions

Campaign tools you can use to urgently intervene and protect people's human rights.

Demandes de renseignements des médias


[email protected]

Secrétariat international et bureaux régionaux

Voir toutes les coordonnées

Research

Reports, briefings, statements, submissions and other resources from Amnesty's researchers.